Le pragmatisme sociologique et la notion d’épreuve

Des ressorts de la critique à la criticité des processus

Texte de l’intervention au colloque “« “Quelles catégories pour les sciences sociales ?”
Toulouse, Université Jean-Jaurès, 5-7 septembre 2023

La réflexion sur les catégories, ou les ontologies, est depuis longtemps constitutive du pragmatisme sociologique. Cette communication, essentiellement tournée la discussion, a été consacrée à une notion fortement mobilisée par les sociologies contemporaines, qui ont beaucoup joué sur sa polysémie ou sa polyvalence épistémique et axiologique. L’exposé a suivi un cheminement en cinq étapes :

Après une brève généalogie critique du concept d’épreuve en sociologie, et un petit exercice de clarification sur ce qui sépare les sociologies pragmatiques à la française des travaux revendiquant une inspiration pragmatiste – en dialogue continu avec la philosophie concernée, une redéfinition de l’épreuve comme expérience de la criticité a été proposée – ce qui implique évidemment de préciser ce que cette notion, empruntée à la physique, apporte à la description et l’analyse des processus contemporains. Un quatrième moment s’est concentré sur un des aspects majeurs des enjeux théoriques et empiriques actuels : la saisir des modalités temporelles de l’action et du jugement, et plus particulièrement la fabrique des futurs à travers l’annonce, l’anticipation, la scénarisation d’épreuves à venir – problématique qui réengage la question des turning points et des figures de l’irréversibilité. Un cinquième point a rapidement rappelé le type de dossiers ou de casuistique concerné par les enquêtes et les raisonnements du pragmatisme sociologique, en insistant sur quelques-unes des caractéristiques des processus critiques étudiés – notamment leur caractère multi-scalaire, non-linéaire, polyphonique et révélateurs d’irréductibilités foncières.

En guise de conclusion, la communication a engagé une refonte polyphonique du concept d’épreuve, restant cohérente avec les maximes du pragmatisme, celui de John Dewey notamment, permettant de sortir de l’opposition stérile entre rationalisme et relativisme.

Sur la généalogie critique du concept d’épreuve en sociologie

L’investissement du concept d’épreuve en sociologie date des années 1980. Bruno Latour avait emprunté à la sémiotique de Greimas plusieurs concepts dont l’actant et l’épreuve. Pour Greimas, tout syntagme narratif prend la forme d’énoncés plus simples, utilisant des formes syntaxiques élémentaires, constitués d’actants et de fonctions. Pour décrire ce qui se passe d’un syntagme à l’autre, Greimas distinguait trois éléments fondamentaux : l’épreuve, le contrat et la disjonction. L’épreuve est qualifiante, décisive ou glorifiante – ou peut encore se révéler comme une pseudo-épreuve. « Une épreuve se caractérise par la confrontation de sujets antagonistes, la domination de l’un sur l’autre et le transfert d’un objet à l’un ou l’autre », écrivait-il dans sa sémiologie. Une première mise en œuvre de ce jeu de langage conceptuel figure dans Les Microbes de Bruno Latour (Métailié, 1984), ouvrage qui déborde l’ethnographie de laboratoire, développée avec Steve Woolgar dans Laboratory Life (1979), l’étude des activités situées étant projetée dans une saga riche en rapports de forces, dont sortira la fameuse Théorie de l’Acteur-Réseau . Ka même année Luc Boltanski utilise la formule du « système actantiel » dans son article séminal « La dénonciation » (Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 1984 – et l’influence de Latour est manifeste).

L’épreuve, en tant qu’« Action d’éprouver (qqch. ou qqn.) » renvoie à trois univers sémantiques : d’abord l’épreuve comme situation difficile ou tendue, qu’il faut traverser avec détermination, énergie et courage en éprouvant de la difficulté ou de de la peine ;  ensuite, l’épreuve comme jugement de la valeur d’une idée, d’une œuvre, d’une personne ou d’une chose – en vue de conférer une qualité, d’opérer un classement – ce qui rejoint ici l’idée de valuation chères aux pragmatistes et à Dewey en particulier ; enfin, elle désigne une expérience impliquant un résultat factuel tangible, supposant l’affrontement plus ou moins durable d’un doute ou d’une incertitude. Si l’on remonte à Peirce, l’épreuve se confond avec l’expérimentation visant la production d’une différence et la fixation d’une croyance – ce qui a pris la forme de l’enquête chez Dewey.

Par définition, et la sociologie a particulièrement investi ce point, toute épreuve est incertaine quant à son issue – c’est ce qui la distingue de l’habitude et de la routine, de la certitude commune ou de l’évidence partagée (taken for granted). De fait, entrer par les épreuves a d’abord servi la critique de toutes les formes de déterminisme et de structuralisme.

Sociologies pragmatiques à la française vs inspirations pragmatistes

Il n’y a pas une « sociologie pragmatique » mais une pluralité de courants, avec des approches différentes, parfois concurrentes – selon par exemple que l’on privilégie l’analyse des situations, celle des réseaux ou celle des justifications. Mais un autre partage s’est approfondi entre les modes d’enquête et de raisonnement, entre des approches grammaticales, compatibles avec une version durkheimienne du social, et des approches travaillant avec d’autres disciplines, au sein des sciences sociales ou dans les sciences dites dures. Cette dernière façon de concevoir l’enquête s’inspire des apports de la philosophie pragmatiste (Pierce, James, Dewey, Mead) et de ses multiples renouvellements (en France, des auteurs comme Frega, Girel, Madelrieux, Zask).

Le pragmatisme sociologique met en œuvre différentes maximes tirées de la philosophie, en accordant un primat épistémique à l’expérience des acteurs et à leurs capacités d’enquête et en adoptant une logique conséquentialisme et abductive – et bien sûr en défendant le pluralisme, y compris dans les sciences dites exactes (voir Stéphanie Ruffy sur ce point). L’enjeu de la pragmatique des transformations développée depuis plus d’une décennie, notamment au GSPR (Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive) est d’adapter les maximes du pragmatisme à l’étude de processus complexes – d’où l’investissement du concept de criticité pour repenser la forme et la portée des épreuves.

L’épreuve comme expérience de la criticité

Depuis le début des années 2000, au fil de nombreuses enquêtes sur des processus d’alertes et de controverses, engageant une grande diversité de milieux et d’arènes publiques, l’épreuve a plutôt été conçue comme un moment d’inflexion, de bifurcation, de retournement ou de rupture, à travers lequel les acteurs concernés modifient leurs perspectives et leurs appuis, leurs prises. Il s‘agit en effet de quitter l’analyse des situations et des cadres stabilisés de l’action et du jugement, pour saisir des processus non-linéaires, complexes, qui restent fortement indéterminés pendant de longues séquences. Même lorsqu’ils tendent vers une forme de détermination et de résolution, l’interprétation de ce qui s’est réellement produit est le plus souvent ouverte et controversée (eg. Sars-CoV2, la pandémie et le laboratoire P4 de Wuhan).

L’enjeu des véritables épreuves est dès lors la réversibilité ou l’irréversibilité d’un processus, ce qui permet d’introduire dans les analyses un conséquentialisme de type 2 visant les conséquences non anticipées jusqu’alors – on en a fait la démonstration sur de multiples dossiers comme le nucléaire, le climat, les OGM, les pesticides etc. Sur ce point, les travaux effectués croisent ceux qui ont été menés sur l’imprévisibilité, les ruptures, les temporalités etc (voir Marc Bessin, Claire Bidart et Michel Grossetti (dir), Bifurcations, 2010)

Des épreuves à venir : turning points et figures de l’irréversibilité

Depuis la recherche sur les lanceurs d’alerte menée dans les années 1990, les multiples procédés utilisés pour penser, annoncer, entrevoir les futurs sont au cœur de la sociologie pragmatique des transformations. Toute controverse se double d’une controverse sur les précédents pertinents (séries passées) et sur les ouvertures d’avenir (les visions du futur). Après l’étude de plus d’une cinquantaine de processus critiques de longue durée, on dispose d’un corpus considérable de figures, qui ont conduit à distinguer une pluralité de régimes d’énonciation et surtout à spécifier à la fois les modalités temporelles de l’action et du jugement dans des configurations précises. On a ainsi pu cerner les contraintes de crédibilité, de prise au sérieux ou de rejet des visions du futur.

Priorité à l’enquête : une casuistique constamment renouvelée

La communication ne pouvait aborder en détail les dossiers étudiés en profondeur. On a néanmoins pu évoquer rapidement le cas des OGM (un conflit réussi, une controverse sans fin ?), des pesticides (des alertes précoces et du lobbying féroce), du nucléaire (des calculs énergétiques aux affres de la maintenance), les ruptures de barrages au Brésil (Minas Gerais), le climat et la biodiversité (saisis à partir d’une multiplicité d’échelles) ainsi que les différentes lignes de divergence ou de dissonance autour de la pandémie (Covid-19).

En guise de conclusion, on a donné un aperçu des développements polyphoniques de la balistique sociologique, à partir d’une modélisation multiscalaire, permettant de saisir les épreuves sur une pluralité de lignes et d’échelles. Saisir les processus critiques de longue durée suppose en effet d’articuler six lignes de raisonnement et d’enquête : Les activités situées, saisies en leur milieu ; l’émergence des alertes, des problèmes ou des disputes et la trajectoire qu’elles empruntent ; l’évolution des configurations discursives et des régimes d’énonciation sur différentes échelles spatiales, temporelles et sociales ; la manière dont les catastrophes et les conflits, les changements et les chocs sont affrontés ou digérés par des milieux en interaction ; les changements de phase ou de régime des systèmes saisis à partir de leurs formes de totalisation (« le système terre », le « capitalisme », l’ « Europe », les « technosciences », l’« Empire »…) ;  les formes de pouvoir et d’emprise au sein des entités collectives, génératrices d’inégalités, de souffrances, de violences et de ressentiments.

  • Bessin M., Bidart C., Grossetti M., 2009, Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris : La Découverte
  • Chateauraynaud F., Debaz J., 2017, Aux bords de l’irréversible. Sociologie pragmatique des transformations, Paris : Pétra
  • Chateauraynaud F., 2022, « Des expériences ordinaires aux processus critiques non-linéaires. Le pragmatisme sociologique face aux ruptures contemporaines », Pragmata, vol. 5, pp. 19-92.
  • Girel M., 2021, L’Esprit en acte. Psychologie, mythologies et pratique chez les pragmatistes, Paris : Vrin
  • Greimas Algirdas J., Courtès J., 1979, Sémiotique : dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Hachette
  • Grossetti M., 2016, « L’imprévisibilité dans le monde social », in J.-C. S. Levy (ed.), Complexité et désordre. Eléments de réflexion, Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble, pp. 97-112.
  • Madelrieux S., 2016, La philosophie de John Dewey, Paris : Vrin
  • Martuccelli D., 2015, « Les deux voies de la notion d’épreuve en sociologie », Sociologie, vol. 6, no. 1, pp. 43-60.
  • Lowenhaupt Tsing A., 2012, « On Nonscalability », Common Knowledge, vol.18, no. 3, pp. 505-524


Citer ce billet
Francis Chateauraynaud (2024, 9 janvier). Le pragmatisme sociologique et la notion d’épreuve. Questions de recherches. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://recherches.hypotheses.org/1583

Francis Chateauraynaud

GSPR-CERMES3, EHESS, Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search