Écologie de l’activité

Analyser l’activité en relation avec son espace social et matériel

Souvent rabattue de manière réductrice sur l’action située ou la cognition distribuée, l’approche écologique de l’activité présente pourtant de nombreux avantages, notamment celui d’aider – comme d’autres approches – à articuler différentes catégories des sciences sociales. C’est ce que s’attachera à montrer cette contribution, à partir de différentes enquêtes que j’ai menées sur l’hétérogénéité des engagements au travail. La notion d’écologie n’est pas nouvelle : elle est centrale dans l’ambition interactionniste d’étudier les faits sociaux comme le produit d’interactions spatialisées. Les travaux plus récents de Susan Leigh Star et d’Isaac Joseph ont ouvert la voie aux Practice Based Studies, par une prise en compte plus systématique des effets des dispositifs et infrastructures équipant ces espaces sur la coordination des activités humaines. Analyser l’activité en relation avec son espace social et matériel, permet de montrer que celui-ci ne se résume pas, loin s’en faut, à un simple contexte.1

Les travaux en cognition distribuée et action située (Jean Lave, David Kirsh, Edwin Hutchins, Bernard Conein, etc.) ont montré combien l’environnement équipé transformait l’activité cognitive ; il est dès lors plus juste de parler d’écologie ou de milieu. Tenir ensemble aménagement spatial et équipement prémunit de tout risque de déterminisme technique dans la mesure où les effets des techniques varient fortement en fonction du milieu dans lequel elles se déploient. Cette approche écologique de l’activité de travail y compris numérisé permet également de bien mettre en évidence l’ancrage spatial fort des activités numériques, loin des promesses d’ubiquité « transparente » des technologies numériques.

Si l’écologie d’une activité est contraignante, il est possible d’agir dessus (Par exemple : fermer sa porte, mettre son téléphone en mode silencieux), la personne est alors actrice de la mise en forme de son engagement par l’intermédiaire d’une mise en forme particulière de l’environnement. Pour le dire avec les mots de Christian Licoppe :

« Une dimension trop peu analysée du travail de régulation se joue au niveau de l’écologie même de l’activité, dans la construction négociée de l’environnement de travail et la configuration des opportunités d’action qui y sont distribuées. »

(2008, pp. 290-291)

Ce qui est vrai à un niveau individuel, l’est aussi à des échelles plus collectives. Ainsi, dans son ouvrage, Pascal Ughetto (2018, p.27) rappelle comment Howard Becker (1985) met en évidence toute l’énergie déployée par les musiciens de jazz afin d’« organiser symboliquement le monde pour le mettre en accord avec les significations qu’ils valorisent ». Ils installent une rangée de chaises afin d’instaurer une distance entre le public et eux, tant physique que symbolique.

On le voit, une approche écologique permet d’éclairer au-delà des questions cognitives et d’organisation de l’activité. Ainsi une enquête collective sur la randonnée en montagne comme activité sociale (Datchary, Mercklé et alii, 2021) a montré qu’à défaut d’être une écologie « déconnexioniste » d’un point de vue matériel2, la montagne de moyenne altitude l’était tout du moins dans les représentations – soit parce que les randonneur·se·s persuadé·e·s que le signal ne pouvait être capté, n’essayaient même pas, soit parce qu’ils et elles estimaient que ce n’était pas un lieu approprié pour se connecter. De fait, lors des entretiens réalisés, la volonté de coupure avec le rythme et les relations habituelles était souvent mise en avant dans leurs motivations à randonner. Il existe ainsi un régime de normativité spécifique à cette écologie, lié évidemment à sa matérialité, mais aussi aux pratiques (transpirer, contempler, partager) et la nature des liens entre les personnes qui y vont ensemble.

Cette enquête a permis de formuler une hypothèse : la potentielle influence de la fréquentation régulière de la montagne de moyenne altitude sur les tactiques de (dé)connexion des personnes, jusque dans leurs activités de travail (ces personnes étant supposées moins enclines à accepter la norme de la connexion permanente et plus promptes à développer des tactiques de résistance à son endroit notamment au travail). Si beaucoup a été écrit sur l’écologie immédiate de l’activité, il apparait qu’y compris à distance de l’activité, les écologies peuvent avoir une influence. Les écologies familières nous venons de le voir, mais aussi les écologies distantes. Ainsi, une enquête sur le travail d’ordonnancement (Datchary, 2017) a permis de montrer que les différences notables entre équipe d’ordonnanceur·ses dans les manières d’organiser leur activité tenaient pour partie à la nature du territoire à distance3) sur lequel iels intervenaient indirectement en organisant l’activité des techniciens du réseau d’eau ; soit non pas l’écologie immédiate des ordonnanceur·se·s – qui de fait était la même pour chaque équipe – mais celle des techniciens dont ils et elles organisent l’activité – territoire rural et urbain.

Autre possibilité offerte par une approche écologique de l’activité, le recours à une casuistique fondée sur justement la variation des écologies d’une même activité, pour permettre une totalisation par l’altérité. L’ethnographie combinatoire, « en circulant simultanément sur différents terrains, réunit une jurisprudence de cas propre à identifier les différentes formes d’action dans lesquelles les personnes peuvent s’engager, ainsi que leurs combinaisons possibles. »  (Dodier & Baszanger 1997)4.

Ce processus de totalisation et de mise en série de cas, permet d’adresser des questions à un niveau plus macro. Au-delà des arrangements situés5, l’entrée peut consister à documenter des transformations plus durables. Prenons l’exemple des environnements de travail6 « Le développement des technologies numériques, la montée des préoccupations environnementales, la financiarisation globalisée de nos économies constituent autant de facteurs qui interrogent notre rapport au travail. Ces évolutions concernent aussi les espaces, et singulièrement les bureaux, objets de puissantes reconfigurations : coworking dans des lieux partagés, ; flex office dont le modèle tend à s’imposer, supprimant les bureaux attitrés au bénéfice d’une combinaison d’espaces et de services (salles de réunion, bureaux collectifs, phone room, cafétéria, conciergerie, etc.) » Le projet de recherche BURONEO vise ainsi entre autres à recenser les variations des configurations matérielles et humaines des espaces au regard de l’expérience de leurs utilisateurs, compte tenu des activités pratiques de leur travail et de leurs attentes.

La notion d’écologie vise à souligner l’articulation entre l’activité et ce qui l’environne, de renouer quelque chose comme une unité ou une solidarité entre le monde des pratiques et le milieu dans lequel elles se déploient. L‘unité d’analyse est alors le système formé par un organisme et son environnement7). On peut dès lors se poser la question à quelles conditions l’organisme et l’environnement forment un système téléologique au sens d’un système orienté vers un équilibre, soit la question de la soutenabilité d’une activité dans son milieu. Évidemment cette notion d’équilibre peut être déclinée à l’envi. Quand on est particulièrement intéressé par les questions de condition de travail, il peut s’agir par exemple d’un équilibre au sens de soutenabilité de ces conditions de travail. L’écologie permet alors de penser un écosystème de travail dont nous devons impérativement prendre soin pour y développer des formes de vie collectivement soutenables et individuellement désirables. La perspective est alors éminemment dynamique. Le monde social est structuré par des régularités et des habitudes qui le rendent prévisible mais pas de façon stricte (Grossetti 2016). Rien n’est stabilisé une fois pour toute. Les habitudes ne peuvent pas ne pas changer.

Les processus sociaux ne doivent pas être réifiés : si la régularité des faits sociaux existe, elle n’est pas de type mécanique mais probabiliste. Pour le dire autrement, les régularités sociales observées sont des quasi-itérations ; si le schéma macro de ces régularités sociales reste identique, au niveau micro d’une situation à un instant t, il existe toujours une multitude de variations minimes qui ne suffisent pas infléchir le cours de cette régularité, jusqu’au moment où le système de ces variations engendrera une déviation par rapport au cours attendu des choses. Cela étant, à l’inverse, l’incertitude n’est pas absolue, elle est relative puisque les contraintes sociales et matérielles continuent de cadrer l’action (Lemieux 2018). Au total, une approche écologique de l’activité, loin de se cantonner à l’étude des enjeux pratiques de micro-coordination autour de l’activité permet d’articuler différentes échelles, de nature sociale (micro – meso – macro), spatiale (bureau – bâtiment – bloc – quartier – ville – region – pays – globe) et temporelle (via la prise en compte de  différentes temporalités aux rythmes et horizons temporels multiples). Elle constitue une bonne candidate pour faire dialoguer des catégories des sciences sociales.

Bibliographie

  • Becker Howard S., 1985. Outsiders: étude de sociologie de la déviance. Traduction de: Outsiders. The Free Press of Glencoe, Macmillan Publishing, 1963 ed. Paris A.M. Métailié.

  • Datchary C., Mercklé, P. et al., 2021. Se déconnecter pour mieux se connecter. L’ancrage écologique de l’ordre moral de l’interaction en montagne. in Olivier Martin (dir.), Les liens sociaux numériques. Pratiques et usages du web (p. 101-124). Armand Colin.

  • Datchary C., 2017. Individu, collectif, organisation : Les trois échelles de la prise en charge de la multi-activité au travail. in Alexandra Bidet (dir.), Quand travailler c’est s’organiser. La multi-activité à l’ère numérique (p. 43-56). Paris : Presses des Mines.

  • Dodier N., Baszanger I., 1997. “Totalisation et altérité dans l’enquête ethnographique.” Revue française de sociologie XXXVIII-1 : 37-66.

  • Dewey J., 1993, Logique. La théorie de l’enquête, Paris, puf [1938].

  • Grossetti M., 2016. “L’imprévisibilité dans le monde social.” Dans Complexité et désordre : éléments de réflexion, S. Levy Jean-Claude (dir.), 97-112. Les Ulis. EDP Sciences.

  • Lemieux C., 2018. La sociologie pragmatique, Repères. Paris La Découverte.

  • Licoppe C., 2008. “Dans le «carré de l’activité»: perspectives internationales sur le travail et l’activité.” Sociologie du travail 50 (3) : 287-302.

  • Ughetto P., 2018. Les nouvelles sociologies du travail: introduction à la sociologie de l’activité De Boeck Superieur.



Citer ce billet
Caroline Datchary (2024, 5 février). Écologie de l’activité. Questions de recherches. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://recherches.hypotheses.org/2206

  1. Au sens où l’on pourrait séparer un texte de ce qui l’entoure []
  2. Il n’était pas rare de capter le signal de certains fournisseurs à proximité des refuges aux abords desquels nous avons enquêté []
  3. Qu’il s’agisse du type de territoire (sur le territoire rural, les techniciens doivent être pus polyvalents que ceux évoluant en ville, compte tenu des distances entre les différentes interventions) mais aussi du type de relations qui existent dans ces territoires (ainsi dans le petit village, les liens d’interconnaissance entre les personnes viennent contrecarrer des formes de mise en relation purement marchandes []
  4. Ce processus de totalisation se distingue de « l’ethnographie intégrative qui, dans le fil de la tradition anthropologique, construit des collectifs d’appartenance pour des individus » et de « l’ethnographie narrative qui, en réaction à la précédente, offre aux lecteurs, pour chaque terrain, un récit à la première personne des évènements de l’enquête » []
  5. Abordés dans le troisième paragraphe ci-dessus []
  6. Le développement qui suit est extrait de la proposition du projet ANR Buronéo coordonné par Jean Marc Weller qui va démarrer en 2024. []
  7. « L’organisme et l’environnement agissent ensemble, ou interagissent » (Dewey, 1993, p. 92 []

Caroline Datchary

Membre du laboratoire LISST

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search