La résistible flexibilité ontologique des animaux

Les sciences sociales face à l’exercice du porte-parolat pour les bêtes

En nous focalisant spécifiquement sur l’étude de la cause animale, ce texte vise à rendre compte de la résistible flexibilité ontologique des animaux au sein des sociétés dites modernes et des sciences sociales qui les étudient.

Poser la question de l’ontologie des animaux pour les sciences sociales c’est se confronter à une question éminemment politique : celle du statut de l’animal et de ses transformations contemporaines dans l’espace social. Les animaux sont-ils parties prenantes de l’ordre social ou en sont-ils extérieurs ? Bien au-delà des enjeux épistémologiques qu’elle soulève dans les sciences sociales, une telle question sous-tend un large spectre des débats contemporains relatifs à la place accordée et au traitement réservé aux animaux dans nos sociétés. À travers les luttes et les négociations autour des catégories mobilisées pour qualifier les animaux, c’est la définition de nos rapports concrets à ces derniers qui se jouent, de la sphère familiale et domestique (Doré, Michalon et Líbano Monteiro, 2019) jusque dans le droit positif travaillé par la question de la spécificité juridique de ces êtres (Desmoulin, 2021). Ainsi, la « question animale », telle qu’elle se déploie à l’interface d’une pluralité de mondes sociaux, est très largement posée comme une « question ontologique » : définir ou redéfinir les catégories et les partitions, c’est notamment faciliter ou, au contraire, rendre plus difficile la prise de parole au nom des animaux.

Photo de Pixabay

Envisagées à des échelles géographiques et historiques très larges, les sociétés modernes se caractérisent par une ontologie commune définie par Descola (2005) : le naturalisme, une ontologie qui relègue les animaux au domaine de la nature, domaine envisagé comme extérieur à celui de la culture, réputé proprement humain. Ainsi, pour les sociologues des sociétés occidentales qui s’interrogent sur les catégories à employer pour enquêter sur les relations anthropozoologiques, l’ontologie naturaliste apparaît comme la plus évidente pour des raisons aussi bien épistémologiques qu’empiriques : les sciences sociales et leur objet d’étude privilégié sont éminemment naturalistes au sens de Descola. Une telle ontologie pose cependant deux problèmes principaux.

Tout d’abord, elle tend à négliger le fait que les sociétés modernes n’ont jamais fonctionné conformément aux « grands partages » qui la fonde (Latour, 2006 [1991]) et qui reposent sur des catégories plus performatives que descriptives de nos rapports aux animaux. Ensuite, associer sociétés occidentales et ontologie naturaliste tend à invisibiliser la manière dont ces sociétés sont travaillées – de manière dynamique et hétérogène – par la « cause animale » qui procède largement d’un travail politique de redéfinition ontologique des animaux.

L’étude de la résistible flexibilité ontologique des animaux au sein des sociétés modernes et des sciences sociales qui les étudient nous semble constituer un axe particulièrement fructueux de mise en discussion et d’approfondissement des modes d’identification et de distribution des existants dans les sociétés occidentales. En parlant de résistible flexibilité ontologique, il s’agit de souligner que la (re)définition ontologique des animaux constitue un travail politique qui suppose et engendre des rapports de force. Ce travail politique de (re)définition ontologique des animaux passe avant tout par l’exercice du porte-parolat pour des sans voix : dès lors qu’il y a une lutte pour le monopole de cette prise de parole pour les animaux, il y a flexibilité ontologique de ces derniers.

Ainsi, les rapports aux animaux en occident à l’époque contemporaine se transforment en fonction de luttes sociales, du fait de l’évolution des rapports de force et de légitimité dans l’exercice du porte-parolat pour les bêtes. L’analyse sociohistorique des ressorts de ces entreprises de représentation des animaux que nous avons entrepris dans notre ouvrage (Carrié, Doré et Michalon, 2023), conduit à questionner les grands modèles ontologiques comme celui proposé par Philippe Descola. On observe alors, depuis les XVIIIe et XIXe siècles en Occident, des interactions et des relations denses et constantes entre différents groupes de porte-parole qui luttent en vue d’obtenir le monopole de la parole légitime au nom des animaux et qui, se faisant, contribuent à modifier et à redéfinir les catégories, les partitions et les logiques mêmes de classement. Ces luttes symboliques évoluent en fonction des capitaux et des ressources accumulés par les représentants revendiqués des animaux, mais aussi des transformations des rapports de force entre les groupes sociaux au niveau macrosocial. Au fond, les luttes entre porte-parole des animaux font bouger les lignes et travaillent les frontières à la fois des groupes humains et animaux.

C’est en grande partie grâce aux évolutions des savoirs des sciences naturelles que des changements ontologiques conséquents concernant les animaux sont défendus par des mouvements sociaux, qui demandent une inclusion des animaux dans la communauté morale en raison notamment de leur capacité à ressentir la douleur (la sentience). Mais les sciences sociales sont aussi largement parties prenantes de ces transformations qui impactent en retour l’usage de leurs catégories d’analyse. A la croisée des mondes de la militance et des sciences sociales, les Animal Studies offrent une très bonne perspective sur le travail de redéfinition ontologique des animaux et l’intrication des dimensions morale, éthique, politique et épistémique qu’il implique.

Photo de Mia X

Ces nouvelles manières de catégoriser les animaux ne sont pas sans générer des frictions dans le monde intellectuel français où l’animalisme est souvent décrit comme un danger politique ou comme une ineptie scientifique. L’antispécisme impliquerait à minima un tournant anthropologique majeur, une rupture avec l’humanisme, avec toute idée d’exceptionnalité humaine, et par voie de conséquence une dissolution de l’objet des sciences sociales. De tels débats mettent ainsi en jeu une reconfiguration ontologique à double sens puisqu’humains et animaux, ce qui les distingue, ce qui les rassemble sont redéfinis. C’est donc peu dire que les sciences sociales sont travaillées par le porte-parolat des animaux et la flexibilité ontologique qui l’accompagne, alors même qu’elles y contribuent très activement.

Les rapports aux animaux dans nos sociétés, s’ils peuvent être considérés à un niveau macrosocial comme relevant de l’ontologie naturaliste, sont à un niveau mésocial le produit d’une forme particulière de « sociocentrisme élargi », au sens défini par François Héran (2007) « où la façon la plus économique de penser nos rapports avec le reste du monde est encore d’y appliquer les grandes catégories de notre organisation sociale et d’agir en conséquence ». Les rapports aux animaux dans nos sociétés résultent en effet des interactions, souvent rugueuses, entre des groupes de porte-parole qui, tout en représentant les intérêts supposés des bêtes, portent aussi implicitement des visions du monde social et des relations entre leur groupe social d’appartenance et les autres collectifs qui le composent. Pour conclure, l’étude sociale des rapports humains-animaux nous semble pouvoir bénéficier de l’examen des modalités d’un tel « sociocentrisme élargi », par le biais d’une analyse distanciée des relations anthropozoologiques qui ne règle pas, à la place des acteurs, la question du statut ontologique des animaux (et des humains).

  • Carrié F., Doré A,  Michalon J., 2023, Sociologie de la cause animale. Paris : La Découverte.
  • Descola P., 2005, Par-delà nature et culture. Paris : Gallimard.
  • Desmoulin S., 2021, « La construction d’un statut juridique cohérent pour l’animal ? » Journal du Droit Administratif.
  • Doré A., Michalon J., Líbano Monteiro T,. 2019. « Place et incidence des animaux dans les familles ». Enfances Familles Générations. Revue interdisciplinaire sur la famille contemporaine (32).
  • Héran F., 2007, « Vers une sociologie des relations avec la nature ». Revue française de sociologie 48(4) :795‑806.
  • Latour B., 2006, Nous n’avons jamais été modernes. Paris : La Découverte.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Antoine Doré, Fabien Carrié et Jérôme Michalon (5 février 2024). La résistible flexibilité ontologique des animaux. Questions de recherches. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://recherches.hypotheses.org/2277


Antoine Doré, Fabien Carrié et Jérôme Michalon

Antoine Doré (membre de l'UMR AGIR 1248), Fabien Carrié (membre du LIPHA, EA 7373) et Jérôme Michalon (membre du laboratoire Triangle, UMR 5206)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search