L’agrégat, une catégorie malmenée des sciences sociales.

Cette notion est examinée à partir de l’étroite fenêtre de l’enquête archéologique, laquelle procède concrètement et méthodologiquement à son analyse. S’agissant de choses matérielles ayant une proximité spatiale, elle peut s’avérer heuristique pour l’approche des sociétés actuelles, par exemple lorsqu’on s’interroge sur la localisation des groupes sociaux ou sur la nature d’une foule (quand il ne s’agit pas du comportement des organismes non humains). Si l’agrégat archéologique peut servir de « modèle » matériel et donner à penser, en retour, il ne faut pas oublier que son étude vise principalement à produire des inférences sur le monde social inactuel. L’archéologie est bel et bien une science sociale, avec cette particularité d’une approche facilitée du collectif sur l’individuel (ainsi, il faut être au moins deux pour faire une tombe, un mort et un officiant). Cependant, nul n’est tenu de reprendre le « modèle » archéologique de l’agrégat ici présenté dans sa concrétude, des ajustements pouvant s’effectuer selon les situations épistémiques. L’archéologue ne s’en prive pas de son côté, par exemple en modifiant l’extension d’un concept aussi central pour lui que celui d’artefact : il admettra ainsi les choses naturelles qui ne sont point transformées, mais cependant choisies, ou encore les chemins et les sols qui ne sont pas construits, mais qui participent cependant d’un aménagement du monde. Ces ajustements pragmatiques sont légitimes dans la mesure où ils sont clairement énoncés, ce qui n’est pas toujours le cas lorsqu’on procède à des montées en généralité à partir de cas, certes emblématiques, mais néanmoins trop particuliers. Ainsi, à propos des agrégats invoqués par les philosophes, trouve-t-on souvent les uniques tas ou amas qui sont dépourvus de structure interne, qui tendent donc à appauvrir la notion.

L’archéologue n’a pas d’autre choix que d’être accueillant vis-à-vis de la réalité (en d’autres termes, il est dans une situation contrainte). Les tas ne constituent pas leurs objets les plus fréquents et, lorsqu’ils sont appréhendés, ceux-ci doivent être mis en relation avec des artefacts d’un genre particulier (on pourrait les dire « immobiliers »), des sols notamment, avec l’assurance qu’ils ne soient pas affectés par des agents malveillants (d’où l’importance d’un recouvrement). Plutôt que d’assigner son terrain archéologique à un « site », une catégorie relationnelle fort mal choisie, on lui préférera celle d’agrégat, mieux à même de rendre compte de sa matérialité, avec son caractère hétérogène, pesant et ouvert à la mesure. Cette chose cohésive se prête à la division (unités stratigraphiques) et amène l’archéologue à des réflexions méréologiques. En effet, l’agrégat n’est rien d’autre qu’une somme méréologique (contrainte) d’objets dans l’espace, comprenant aussi bien des artefacts, des organismes non vivants ou des mixtes (sédiments). Son unité n’est pas acquise dès l’abord, et sa composition peut s’avérer instable. L’enquête que l’on y mène, par le démontage des strates, vise cependant à répondre à une question plus spéculative : que s’est-il passé ici ? Ce travail d’inférence s’effectue à partir de la disposition spatiale des choses observées, pour en déduire l’existence inobservable d’autres choses, d’événements et de personnes, les relations entre ces trois catégories étant à la base de tout récit. L’archéologue entend donc dépasser le découplage entre le temps et l’espace auquel il est d’abord confronté, alors que l’historien (au sens étroit du terme) s’affronte à la réalité de couplages déjà donnés.

Un objet archéologique est une chose extraite d’un agrégat, lequel constitue son contexte, celui-ci pouvant être ancien ou très récent, mais inactuel. Son étude se fait d’abord avec le seul recours à la matérialité, que ce soit au niveau de ses qualités intrinsèques ou de ses relations spatiales avec diverses entités également spatiales. D’autres objets en revanche arrivent à nous en suivant une longue chaine de désignations et de descriptions, laquelle peut faire l’objet d’une critique historienne de textes et d’images pour en vérifier la détermination : ainsi pouvons-nous être assurés que tel objet a vraiment été possédé par tel personnage précis pour assurer telle fonction, ce que l’archéologue, avec ses seules ressources aura bien du mal à établir (éventuellement en termes de probabilités). Pour ces raisons, nous proposons de distinguer trois catégories de sources pour un discours historique (au sens large) : des textes, des images et des agrégats, ces trois types pouvant être mis en parallèle avec les distinctions piercéennes entre symboles, icônes et indices. Le terme d’agrégat est préféré à celui d’artefact, car, les gains épistémiques sont majorés dès lors que l’objet est déterminé par un texte et/ou une image (mais on peut toujours faire subir au dit-objet les mêmes épreuves concernant sa composition que l’on aurait réalisées dans une situation strictement archéologique). Textes et images véhiculent un point de vue et s’envisagent dans un cadre (et sont donc susceptibles de manipuler le récepteur), ce qui n’est pas le cas d’un agrégat (non truqué) qui n’est destiné à personne et ne saurait donc « mentir ». À cela, d’autres différentiations peuvent être retenues, eu égard à certaines possibilités du langage que les objets matériels ne possèdent pas ; ainsi, par exemple, la négation, que l’on peine à repérer d’une image à l’autre en l’absence d’un code, et une particularité logique qui n’a aucun sens au sein d’un agrégat. En leur conférant une telle place entre textes et images, les agrégats acquièrent finalement une certaine dignité épistémique. Reste au sociologue à s’en emparer, quitte à adapter cette notion à son projet épistémique sur l’agir…        



Citer ce billet
Philippe Boissinot (2024, 5 février). L’agrégat, une catégorie malmenée des sciences sociales. Questions de recherches. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://recherches.hypotheses.org/2316

Philippe Boissinot

Membre de TRACES et de l'EHESS Toulouse

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search