Les univers de références, une catégorie pour la sociologie

D’où provient notre inclination à partager les mêmes centres d’intérêts, à adopter des opinions communes, que ce soit au sein d’un groupe défini ou d’un collectif plus vaste ? Souvent, on attribue ces similitudes aux implications de la socialisation et aux savoirs incorporés qu’elle véhicule. Parfois, on invoque les effets d’une culture qui se diffuse de manière explicite ou implicite à travers les différents espaces sociaux. Dans ce texte, je mettrai l’accent sur l’importance des réseaux de relations et de sociabilité dans ce processus, en avançant la proposition d’une catégorie que je considère comme pertinente pour appréhender cette dynamique sociale, celle des univers de références.

D’un point de vue théorique, ma démarche tire largement son inspiration de l’analyse des réseaux sociaux et des cercles sociaux (Simmel, Kadushin) en tant que théorie des relations sociales et des formes sociales. Elle puise également dans la sociologie des sciences, notamment à travers l’étude des collèges invisibles (Crane) et des (co-)citations entre chercheurs (Garfield). Mon approche repose également sur l’idée que les individus sociaux sont en partie façonnés par les étiquetages générés par leurs entourages (Becker) et, plus largement, que la construction sociale des significations se réalise aussi en fonction d’un autrui généralisé (Mead). Pour éprouver cette catégorie, je vais commencer par décrire formellement ce que j’entends par univers de références.

D’un point de vue méthodologique, je définis un univers de références comme un ensemble de liens entre des individus ou des entités sociales résultant d’un intérêt commun pour des contenus similaires. Dans un contexte temporel et spatial donné, les contenus circulent avec leurs porteurs. Cela conduit à considérer que les univers de références sont des liens entre des personnes qui sont unies du fait d’être intéressées, influencées, soutenues ou inspirées par les mêmes personnes ou entités, à savoir les porteurs de ces contenus significatifs. Ces relations (entre personnes intéressées et les porteurs de contenus) ont tendance à être électives, non symétriques, hiérarchisées et hiérarchisantes. Des exemples concrets sont les chercheurs citants et les auteurs qu’ils citent, les personnes en demande d’information, de conseil ou d’aide et leurs informateurs, conseilleurs ou aidants, ou encore les personnes influencées ou inspirées et celles qui les influencent ou inspirent.

Fig. 1 : détermination d’un univers de références

Comme illustré dans la figure 1, un univers de références réunit des personnes (en vert) qui sont communément intéressées, influencées ou soutenues par un ensemble d’autres personnes (en bleu), en excluant de cet univers celles qui ne leurs sont pas communes (en jaune), qui peuvent évidemment faire partie d’autres univers de références.

La complexité réside alors dans la possibilité de saisir cette forme alors que les rôles peuvent changer dans le temps et qu’ils peuvent parfois se chevaucher. Par exemple, au sein de cet ensemble de liens, un individu peut simultanément être influencé et être un influenceur (cf. les flèches vertes en pointillés). De même, il peut avoir été l’influenceur de quelqu’un qui influence à présent quelqu’un qui l’influence. Il est donc indispensable de trouver une perspective qui permet de mieux contrôler le passage du temps et les différentes situations. Pour ce faire, je propose de considérer l’univers de références comme une forme sociale, conformément à la définition de Simmel, à savoir qu’elle résulte d’actions réciproques s’inscrivant dans une corrélation de circonstances pouvant être empiriquement définies.

Fig.2 : L’univers de références comme forme sociale égocentrée

D’un point de vue méthodologique, une solution consiste à centrer l’univers de références sur une personne (en rouge) issue du groupe des alters (en vert), afin d’obtenir une perspective de réseau personnel (cf. figure 2). Cette approche facilite la détermination des frontières de l’univers de références puisque les références d’égo (en bleu) servent de critère précis pour définir les alters considérés (en vert).

Le recours aux co-citations, comme étudiés par les sociologues des sciences et la bibliométrie, permet de représenter l’univers de références sous la forme d’un réseau égocentré de co-citations (egocentric cocitation network). Ce réseau peut prendre deux formes qui expriment deux réalités sociales différentes.

Fig. 3 : le réseau des références d’Ego

1) Le réseau des références d’égo représente les liens entre les personnes influentes (en bleu) en fonction de leur co-citation par les personnes influencées (liens valués en vert). En sociologie des sciences, les co-citations sont notamment mobilisées par les travaux sur les aires de recherche (research areas). Ces dernières se forment du fait que les chercheurs associent des références dans leurs articles, créant ainsi des domaines de recherche qui ne correspondent pas nécessairement à l’organisation institutionnelle de la science. Dans le cas présenté ici, le réseau révèle dans quelle mesure les références d’Ego sont mobilisées par un ensemble d’autres acteurs et, structurellement, s’il existe une densité, une centralité, ou une dispersion plus diffuse et segmentée de ces liens. Cette perspective permet de comprendre le centre d’intérêt d’un individu (ou son soutien social) en tant qu’il est partagé également par d’autres individus, et de quelle manière.

Fig. 4 : l’univers de références d’Ego

2) L’univers de références d’égo correspond aux liens entre les personnes influencées (en vert) en fonction de leurs co-citations des mêmes références que celles d’égo (en bleu). Les acteurs sont connectés du fait qu’ils partagent des références communes. En bibliométrie, on définit cela comme le couplage bibliographique puisque ce qui lie les points verts est la littérature partagée. Cette approche fait écho aux travaux portant sur la détection des communautés scientifiques (community detection) grâce aux références communes. Dans le cas exposé ici, le réseau présente un cercle spécifique autour d’Ego, constitué des personnes qui partagent les mêmes références que lui ou qui bénéficient des mêmes soutiens ou conseils que lui. Si la structure est dense, le partage est général, tandis qu’une atomisation indique que ce partage se limite à certains aspects ou à certaines personnes seulement

Il faut bien comprendre que, pour un individu donné (Ego), les réseaux de références (figure 3) et les univers de références (figure 4) sont deux représentations d’une même forme sociale. L’avantage méthodologique de ces petites formes sociales égocentrées (egocentric cocitation networks) que sont les réseaux des références ou les univers de références, réside dans la possibilité de les circonscrire par acteur, par date, par situation sociale et de les mesurer et comparer dans le temps et dans l’espace.

Ces précisions méthodologiques étant apportées, à quelles questions permet de répondre cette idée d’univers de références ?

Les relations entre les personnes qui sont influencées par les mêmes références peuvent être variés (les verts et le rouge, cf. figure 2). Ces liens peuvent rendre la forme de relations proches, de soutiens, d’autruis significatifs, avec des niveaux d’affinité variables, et des dynamiques positives comme négatives. Ils peuvent également se manifester sous la forme de simples connaissances, de personnes croisées occasionnellement, d’individus que l’on ne fait que surveiller, que l’on imite, voire même d’inconnus.

Comparés aux entourages relationnels, qui sont des objets classiques de l’analyse de réseaux, ces petits réseaux n’impliquent pas des personnes directement connectées, mais plutôt des individus partageant une disposition similaire. Cette idée renvoie à celle d’équivalence structurale, établie depuis longtemps par les analystes de réseaux (Lorrain et White), qui désigne les individus occupant la même position relationnelle au sein d’un réseau de relations. Par exemple, différents fournisseurs peuvent avoir des liens similaires avec un même ensemble de clients. Ce point de vue structural permet d’identifier des ensembles de relations cohérents et d’analyser, par exemple, la compétition entre les groupes de fournisseurs. Il permet également d’étudier comment les trous structuraux au sein d’un groupe peuvent conduire à occuper des positions de pouvoir, en tirant parti d’une situation d’intermédiarité.

Cependant, au lieu de centrer l’analyse sur la compétition entre les groupes ou sur les positions de centralité ou de pouvoir au sein de ces groupes, je propose une approche plus individuelle. Celle-ci repose sur l’idée que l’ancrage (embeddedness) d’un individu (Ego) au sein d’un entourage (Alters) génère une force sociale particulière, par des mécanismes d’imitation, de distinction, d’attentes normatives et de contrôle social (cf. Bott). La structure de cet entourage s’avère déterminante. Elle permet de comprendre dans quoi « baigne » Ego, comment les autres autour de lui sont structurés, compte tenu de leur partage d’intérêts ou de soutiens similaires. On peut ainsi déduire et comprendre à partir de cette structure la force qu’elle peut exercer sur l’action d’Ego ainsi que celle qu’il peut en retirer pour agir. Cela permet de comprendre l’action individuelle dans le cadre d’un réseau social qui peut être plus ou moins dynamique, resserré ou lâche, soumis à un contrôle social ou émancipé, institué ou plus autonome.

Dans la perspective qui vient d’être présentée, l’accent est mis sur des formes sociales spécifiques que l’on identifie comme les univers de références. Pour résumer, il s’agit de formes d’engagement individuels au sein de petits collectifs informels. Ces collectifs peuvent être composés de proches mais aussi d’alters plus lointains jusqu’à des inconnus. Ils correspondent à la concentration (ou pas) d’intérêts communs ou de soutiens partagés autour d’un individu, et constitue une part de son « bain social ». Il ne s’agit pas de réduire le contexte social (ni même relationnel), à ces univers de références mais de prendre la mesure de leur importance, dans certaines situations sociales, pour mieux comprendre les logiques d’action individuelles.

Pour un exemple d’application et aller plus loin :

 



Citer ce billet
Béatrice Milard (2024, 5 février). Les univers de références, une catégorie pour la sociologie. Questions de recherches. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://recherches.hypotheses.org/2327

Béatrice Milard

Membre du LISST

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search