Les carrefours migratoires mondiaux : la Mer Noire, de la concentration de migrations ethniques à la dispersion de transmigrations cosmopolites en Europe occidentale

Migrants transnationaux colporteurs pour la vente souterraine de marchandises d’usages licites et migrants des trafics criminels de la Mer Noire à l’Europe de l’Ouest.

Deux populations de migrants internationaux pauvres sont prises à témoin dans cet article. Il s’agit d’abord des Baloutches afghans et iraniens qui vendent (hors taxes, soit à 40 % de leur valeur marchande de la grande distribution), à travers l’Europe et tels des colporteurs1 ,  des  produits  électroniques  fabriqués  dans  le  Sud  Est  Asiatique  (SEA)  et  passés en « free tax » et hors contingentements par le Golfe. Leur étude est comparée à celle  des  Géorgiens,  accompagnateurs  et  gardiens  de  jeunes  femmes  balkaniques  et  caucasiennes jusqu’en Espagne, pour le travail du sexe, et simultanément passeurs de psychotropes opiacés2.


Les  uns  et  les  autres  traversent  la  mer  Noire  à  de  multiples  reprises  pour  leurs  commerces. Leurs contours identitaires évoluent cependant très différemment au fur et à mesure  de  leur  mobilité  migratoire,  alors  même  que  sont  empruntées  des  voies  communes. Ces navigations et les séjours d’étape dans les ports, ukrainiens, russes, abkhazes, géorgiens, turcs, bulgares et roumains, afin de rassembler les 6,5 milliards de dollars de marchandises, aboutissent, pour les colporteurs de produits fabriqués dans le SEA,  à  une  refondation,  sur  des  bases  cosmopolites,  des  groupes  de  migrants  qui  se  présentent, à leur arrivée, comme ethniques, tels les Baloutches : le processus de brassage  n’est  pas  sans  rappeler  celui  de  la  moral  area  définie  par  Park  à  Chicago  et utilisée par les sociologues de cette Ecole, jusqu’aux plus contemporains3, pour analyser les  continuités  économiques  et  sociales  entre  activités  souterraines  et  officielles.  Cette  refondation sur des bases cosmopolites ouvre les voies du commerce transnational à ces populations    désormais  dénommées  transmigrantes.  Elles  commercialisent  les  produits  d’usages licites et font la découverte de l’altérité.

Devenir transmigrant commercial : apprentissages.

Trois apprentissages marquent le passage à ces mutations des identités sociales.


Il  y  a  d’abord  l’acquisition  d’un  pidgin  « universel »,  le  « broken  english »  réaménagé à la sauce des cheminements transeuropéens : emprunts sémantiques italiens et espagnols sur la base anglo-­‐pakistanaise bien connue pour la voie méditerranéenne vers le Levant ibérique, ou polonais et allemands pour la voie nordique vers la Belgique.


Vient  ensuite  la  pré-­‐connaissance  des  « territoires  circulatoires »  qui  nouent  les  circulations des réseaux commerciaux aux sociétés locales par de multiples interactions économiques  –ventes  des  marchandises  de  contrebande,  cueillettes,  autres  emplois  occasionnels pendant la transmigration-­‐ et indissociablement affectives-­‐ unions passagères  ou  durables.  Ces  topiques,  organisées  autour  de  l’articulation  de  temps  sociaux sont constituées d’espaces évolutifs, maléables ; elles mèneront jusqu’en Espagne par les Balkans et l’Italie, en agrégeant des populations bulgares, serbes et albanaises, et en  Belgique,  par  l’Europe  centrale  et  nordique  en  agrégeant  des  populations  ukrainiennes, hongroises et polonaises. Les transmigrants organisateurs des circulations, Baloutches,  Kurdes  et  Azéris  en  premier  lieu,  sont  donc,  après  leurs  pérégrinations  maritimes et portuaires en Mer Noire, et avec leurs divers associés de route, prêts à entrer  dans  le  « poor  to  poor »  mondial  qu’ils  servent  fidèlement  pour  le  plus  grand  intérêt des majors asiatiques de l’électronique.


Le  troisième  apprentissage,  prenant  en  compte  d’immenses  blanchiments  des  drogues opiacées permettant aux Baloutches de réaliser les achats massifs de produits électroniques made in SEA and passed by Dubaï free tax, est dénommé par ces migrants-­‐acteurs économiques résolus, « la moins-­‐value positive »… La triangulation d’intérêts entre  /mafias  russo-­‐italiennes  (blanchiments)/  transnationales  du  SAE  représentées  par  les importateurs émiraties (entrées de gammes hors taxes)/ transmigrants pauvres (diffusion),  a  permis  de  développer  une  économie  mondiale  ultralibérale,  sans  taxes  ni  frontières : rêve des grandes transnationales réalisé par et pour les populations pauvres, c’est-­‐à-­‐dire  un  immense  marché  mondial  toujours  en  expansion  et  non  concorentiel  du  marché de l’officialité. Les rechargements de marchandises pendant la transmigration permettront d’abaisser le coût des marchandises encore davantage : en effet la « moins-­value positive » correspond à la ristourne de 20 à 30% consentie par les milieux criminels lors du blanchiment des sommes avancées aux transmigrants pour l’achat de matériels. Cette  opération  leur  permet  de  financer  leurs  voyages  et  d’abaisser  le  prix  de  leurs  reventes dès lors que de nouveaux chargements s’effectuent en route, par exemple à Durrës  en  Albanie  et  à  Valencia  en  Espagne.  Ainsi,  un  « coolpix »  de  Nikon  à  100€  prix  FNAC, cédé à 40€ à Dubaï, et commercialisé par les transmigrants à 35€ après paiement en blanchiment, passe à 30€ à Durrës ou à Valencia. Défi aux rationalités économiques les plus  élémentaires  qui  résulte  de  la  triple  collusion  entre  productions  officielles,  distributions souterraines et financements criminels. Désormais, nos Baloutches et leurs associés  sauront  cheminer  entre  réseaux  criminels  et  réseaux  commerciaux  de  l’officialité.

Demeurer dans l’espace des réseaux ethniques criminels.

Les groupes russo géorgiens entièrement liés aux réseaux criminels demeurent, eux, dans  les  strictes  frontières  de  leur  identité  ethnique4,  la  renforcent  même  malgré  l’agrégation de Serbes qui drainent femmes pauvres de Hongrie Serbie. La nature ethnique  des  réseaux  criminels  leur  permet  une  fermeture  rapide  en  cas  de  menace,  à  l’identique des diverses organisations criminelles sud-­‐italiennes. Les trafics de femmes, en  direction  des  nations  permissives,  sont  le  complément  indispensables  des  trafics  de  drogues : elles en sont la vitrine, la façade légale et assurent elles-­‐mêmes une part non négligeable des blanchiments requis par les ventes de psychotropes, opiacés en l’espèce.

Des parcours aux tracés identiques mais de nature différente.

Les transmigrants du poor to poor déterminent, au cours de leurs déplacements, des territoires circulatoires4 ; celui qui relie la mer Adriatique à la Mer Noire, à travers les Balkans est désigné comme la route des Sultans, tant les marquages Ottomans sont présents. Puis à partir de Bari, Brindisi ou Tarente, celui parcourant l’arc méditerranéen occidental et le canal rhodanien est décrit comme la route en pointillés, les étapes étant situées dans les quartiers urbains enclavés hébergeant des populations immigrées. Les interactions sont nombreuses entre transmigrants et jeunes descendants de l’immigration qui, grâce à la facilité de circulation que leur confère leur statut de citoyenneté intra-­‐européenne, emboîtent le pas aux transmigrants et leur offrent des logements d’étape, des locaux de stockage des marchandises et, surtout l’accès aux Techniques Informatiques de Communication. Skype® est en effet très utilisé dès lors que se pose le problème d’un retour vers la Mer Noire, généralement par la route du Nord : où effectuer les derniers délestages mano a mano ou tombés du camion ? quelles marchandises charger en Allemagne, réclamées à l’Est et au Sud de la Mer Noire ?

Les réseaux criminels abandonnent leur proximité des territoires circulatoires du poor to poor au bénéfice de leurs organisations territoriales historiquement déterminées. Une exception notoire à cette surdétermination historique nous est toutefois offerte par la transmigration des femmes du pourtour de la Mer Noire au Sud italien, au Levant espagnol puis aux nations permissives nord-­‐européennes, Allemagne,
Belgique, Hollande et Tchéquie, par les routes et autoroutes françaises en …plus de six mois. Travailleuses du sexe dans les fourrés, sous-­‐bois, cabines de repos des camions, elles sont encore accompagnées par des Géorgiens qui installent leurs réseaux de
diffusion de drogues opiacées, le long du territoire circulatoire en pointillés des transmigrants Marocains, par Alicante, Valencia, La Junquere, sur la frontière catalane,Perpignan, Nîmes, Avignon, Vienne, Lyon, Dijon, Strasbourg puis l’Allemagne, etc.


Certaines vivent des formes de sociabilités des territoires circulatoires avec des parentèles non prostituées, d’autres, le plus grand nombre, sont organisées selon les règles de dissimulation et de fermeture des réseaux criminels. Cette dernière transmigration, aux rationalités criminelles développe des accointances parfois périlleuses avec les exécutifs politiques clientélistes des départements traversés.
La recherche que nous avons entreprise pour le labex SMS, mobilités, réseaux, migrations, interroge précisément cette dernière transmigration criminelle et essaie de comprendre les intrications-‐sérialisations des réseaux criminels et des territoires circulatoires le long de l’espace routier et autoroutier français.

Alain Tarrius est professeur émérite de sociologie des migrations et de la ville à Toulouse – Jean Jaurès, au LISST CNRS. Depuis 1985, ses recherches portent sur l’apparition paradigme d’un transmigrations/mondialisation, parallèle à historique, celui, d’immigrations/nations. Il mène (2013-2014) une recherche pour le « labex » SMS mobilités, réseaux, migrations. Cet article présente ses travaux introductifs à cette recherche. Pour en savoir plus sur ses recherches 2001-2013 voir http://journalducnrs/273, pages centrales, le « grand entretien ».



Citer ce billet
Alain Tarrius (2014, 19 novembre). Les carrefours migratoires mondiaux : la Mer Noire, de la concentration de migrations ethniques à la dispersion de transmigrations cosmopolites en Europe occidentale. Questions de recherches. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://recherches.hypotheses.org/234

  1. On consultera Laurence  Fontaine,  L’Economie  morale :  pauvreté,  crédit  et  confiance  dans  l’Europe préindustrielle.  Gallimard,  2008.  Une  forme  commerciale  transnationale  se  ferme :  le  colportage.  Puis  Yves  Barel, Le paradoxe et le système. Essai sur le fantastique social, PUG, 1979 nous explique que de telles formes ne disparaissent pas mais se maintiennent sectoriellement et localement « en veille », prêtes à réapparaitre et à  se  généraliser  en  situation  de  modernité. []
  2.  Trabzon, Turquie, Poti, Géorgie, Sotchi, Russie, ports sur la Mer Noire, l’héroïne afghane ou Turque, e négocie autour de 10 € le gramme ; en Bulgarie, 12 €, et après le passage de la Mer Adriatique, en Europe de l’Ouest,  de  35  à  45  euros  le  même  gramme.  Les  plus­‐values  sont  immenses  (30 000  €  le  kg) :  le  commerce  sexuel des femmes, mises en vitrine dans les nations permissives, telle l’Espagne, permet un blanchiment massif  des  revenus  de  la  drogue. []
  3. Ulf  Hannertz,  Transnational  connections,  Routledge,  1996.  Explorer  la  ville,  Minuit,  1983. []
  4. Définition in Revue Européenne des Migrations Internationales vol 30 n°1, Alain Tarrius Deux notions  requises pour la compréhension des mobilités des transmigrants du ‘poor to poor’. []

Alain Tarrius

Professeur émérite de l'université Toulouse-Jean-Jaurès et membre des laboratoires CNRS LISST et Migrinter

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search