Les approches du monde social en sociologie en termes de relations

Un essai d’explicitation des conséquences pour les démarches de recherche à partir du cas de l’approche de Park et al.

Résumé : Le problème récurrent de la définition des catégories conceptuelles dans les enquêtes de sciences sociales a conduit depuis le début du XXe siècle une partie des proto-sociologues puis des sociologues à revendiquer, parfois en s’appuyant sur les réflexions de philosophes des sciences, une approche dont les éléments de base sont des relations sociales et dont les concepts sont donc relationnels. Un débat récent de la sociologie américaine a attiré l’attention sur l’opposition de ce type d’approche — revendiquée antérieurement par Simmel, Elias, Bourdieu, Tilly — avec les approches typiques d’autres courants de recherche qui admettent comme unités de base les individus ou des groupes ou des variables qui sont qualifiées desubstantialistes. On propose ici un examen de la sociologie de Park et de ses continuateurs comme exemple d’une approche relationnelle mise en œuvre dans des recherches empiriques, à partir d’un examen du vocabulaire utilisé. En s’appuyant sur des réflexions dispersées suscitées par d’autres approches relationnelles, on dégage certaines difficultés qu’implique ce type d’approche en ce qui concerne le recueil de la documentation de base et la rédaction des comptes rendus.

Sommaire

Introduction

Perspective adoptée

Les approches relationnelles comme ressources pour des conceptualisations adéquates

L’approche relationnnelle dans la tradition issue de Park

Conclusion

Introduction

Une interrogation lancinante sur la question des objets que doivent mettre au centre de leurs analyses les sciences sociales traverse toute leur histoire. Dans une lettre à Odum, Robert Park y voyait un préalable à toute analyse :

“Nous avons en sociologie beaucoup de théorie, mais pas de concept utilisable. Quand un étudiant me soumet un sujet de thèse, je lui pose invariablement ces questions : “Quel objet voulez-vous étudier ? Qu’est-ce qu’une bande ? Qu’est-ce qu’un public ? Qu’est-ce qu’une nationalité ? Qu’est-ce qu’une race du point de vue sociologique ? Qu’est-ce que la corruption ?” Je ne vois pas comment nous pourrions avoir une recherche scientifique si nous ne disposons pas d’un système de classification et d’un cadre de référence qui nous permettent de catégoriser et de décrire dans des termes généraux les objets sur lesquels nous faisons porter nos investigations”.

Lettre de Park à Howard Odum en 1936, citée in Winifred Raushenbush, Robert Park. Biography of a Sociologist. Durham (NC), Duke University Press, 1979, p. 158‑159.

Cinquante ans plus tard, le début du premier cours de Bourdieu au Collège de France contient une hésitation similaire à l’orée d’un examen des problèmes que pose dans les recherches empiriques la catégorisation (classement) des données1 :

« … qu’est-ce qu’un groupe ? Quand un groupe commence-t-il à exister ? Ne commence-t-il pas à exister quand quelqu’un peut dire qu’il est ce groupe et qu’il peut parler pour ce groupe ? Ce problème là se pose dans la manière même d’aborder l’objet et on peut avoir résolu le problème catastrophiquement, c’est-à-dire par défaut, avant même d’avoir commencé à le poser. »

L’interrogation sur les catégories d’analyse (ou concepts) et leur statut est une question pratique qui se pose aux chercheurs dès le début de leur recherche, et à propos de laquelle ils sont conduits à se justifier. Échapper aux jugements de valeurs explicites ou implicites qui grèvent les catégories du langage commun et celui des agents qui appartiennent à l’univers étudié, permettre des généralisations sont deux caractéristiques attendues de ces catégories. À partir de quels éléments de base peut-on construire des catégories satisfaisantes, puisque les catégories de sens commun et des perceptions communes ne conviennent pas ? Une partie des fondateurs de la sociologie, et non des moindres, ont soutenu que les éléments premiers dans l’approche du monde social étaient les relations sociales, et non des entités comme le font les approches, désignées aujourd’hui comme substantialistes ou réalistes, qui retiennent comme éléments premiers les individus (pour la sociologie de James Coleman), les groupes sociaux pour d’autres, ou encore des attributs constitués en variables dans la tradition issue de la survey research de Lazarsfeld.

Je préciserai plus loin la distinction approche relationnelle/ substantielle qui, bien qu’ancienne, n’est constituée comme importante et répandue dans la sociologie américaine qu’après la fin des années 1990, mais qui n’est pas usuelle dans la sociologie française. La terminologie que j’utilise est une traduction de celle d’un article de Matthew Desmond sur lequel je reviendrai2. Les adeptes des approches relationnelles en sciences sociales ont avancé quelques principes et justifications. Mais, seulement en passant, et sans développer leurs conséquences en ce qui concerne les démarches de recherche, et sans donner des exemples précis. C’est ce que je me propose de faire ici, en m’attachant principalement à l’un des courants de recherche qui relève d’une approche relationnelle, l’interactionnisme symbolique de Park-Hughes-Becker pour dire vite. Il s’agit aussi d’attirer l’attention sur les difficultés rencontrées par ces approches en matière de démarches d’enquête. Je rappellerai d’abord quelles sont ces approches relationnelles, et l’introduction de ce label dans la sociologie américaine, avant d’expliciter les formulations particulières à la tradition issue de Park.

Perspective adoptée

Le livre de Michel Grossetti, Matière sociale, est à l’origine de mon intérêt pour ces problèmes qui ne sont pas évoqués sous cette forme dans mon ouvrage sur les démarches de recherches, Enquête sur la connaissance du monde social. J’adopte le point de vue de Grossetti pour l’examen critique de l’immense production des sciences sociales parce que je le crois fécond : visant à la compréhension des points de vue particuliers et des métathéories, et non à des polémiques qui ont presque toujours une dimension stratégique. L’exposé qui suit n’implique donc pas une prise de position univoque en faveur de l’approche relationnelle que je vais présenter, mais constitue avant tout une tentative d’explicitation.

Mais d’abord deux précisions sur la perspective qui sous-tend cet exposé.


Je me réfèrerai ici principalement à la sociologie, mais je considère qu’il n’y a pas de différences fondamentales entre sociologie, histoire et anthropologie, etc., quant aux démarches de recherches — sur les différences de fait avec l’histoire, je renvoie à Tilly3 . Le terme « science » dans sciences sociales n’ajoute rien, puisqu’il est impossible de s’entendre sur ce qu’il désigne depuis l’abandon général de la conception des sciences proposée par l’empirisme logique — disons celle de Carnap et d’Hempel. Laisser indéterminée la relation des sciences sociales avec les sciences de la nature implique de ne pas appliquer aux premières les normes et objectifs réels ou supposés des secondes. Je ne retiens donc pas les normes adoptées souvent implicitement par un grand nombre de chercheurs en sciences sociales à partir d’une représentation simpliste des sciences de la nature, notamment en ce qui concerne ce que devraient être les théories — un héritage d’Hempel pour dire très vite et sans en faire porter la responsabilité à celui-ci. Mais, par contre, il est parfois utile de se référer à des débats dans lesquels intervient la considération des sciences de la nature.


J’insiste sur un point qui est développé dans mon ouvrage, Enquête sur la connaissance du monde social que je n’ai jamais vu mentionné ailleurs, en dépit de son importance : les difficultés qui procèdent du langage que nous utilisons, à la fois lors du recueil de la documentation et dans les comptes rendus de nos recherches4. Les problèmes concernant la définition des concepts que rencontrent les sciences sociales procèdent du rapport complexe de leurs producteurs au monde social, qui dépend à la fois de leur objet, de leurs commanditaires et publics, et d’eux-mêmes. Ce qui implique des contraintes spécifiques, que ne connaissent pas depuis 2 ou 3 siècles les sciences de la nature. Dans les sciences de la nature, la production d’un savoir ésotérique, de lois, de modèles et de représentations, est un objectif admis, normal, que justifient des applications techniques. Les publics et financeurs des sciences sociales s’intéressent non pas aux abstractions que celles-ci pourraient construire, mais essentiellement à ce que celles-ci peuvent écrire sur les entités représentées ou folk concepts de la vie sociale. Ces entités représentées — institutions, personnes, catégories de comportements, normes sociales objectivées ou intériorisées, problèmes sociaux et autres éléments des univers symboliques dans lesques nous vivons— sont le produit d’élaborations collectives et d’élaborations semi-savantes par la statistique publique, le droit, des métiers de haut statut comme la médecine. Les interrogations de nos publics et les demandes de savoirs portent sur de telles entités : par exemple les conséquences de tel dispositif institutionnel, les évolutions de tel problème social. C’est ce que montrent les comptes rendus de recherches qui portent in fine toujours ou presque sur des entités représentées. Mais ces entités ne désignent que rarement des relations sociales. D’où une difficulté pour les approches relationnelles qui doivent en quelque sorte traduire leurs analyses en termes de relations dans un langage dont les éléments principaux sont des entités représentées. D’autres difficultés que je laisserai de côté ici concernent un recueil de la documentation qui repose sur la langue commune de l’univers étudié, qu’il faut donc en quelque sorte traduire dans la langue des théories relationnelles

Les approches relationnelles comme ressources pour des conceptualisations adéquates

Trois types de démarches ont été utilisées en sciences sociales pour définir les catégories. La première est l’emprunt, souvent avec quelques modifications et élaborations spéculatives, à des analyses antérieures, notamment celles que l’on trouve dans des ouvrages dits classiques. La sociologie de Parsons est un exemple. Une seconde démarche, rarement revendiquée comme telle, mais dont les comptes rendus de recherches publiés dans les revues de sociologie montrent le caractère habituel, est la reprise, parfois avec des redéfinitions secondaires des catégories utilisées dans l’analyse de l’univers étudié (ou d’autres). De la critique de cette démarche est issu le troisième type de démarche qui tient pour éléments de base sur lesquels doivent porter les conceptualisations, les relations sociales, et non les entités qui s’offrent immédiatement au chercheur. L’adhésion à cette perspective définit ce qui est désigné comme une approche relationnelle, où ce sont les systèmes de relations sociales qui caractérisent les phénomènes étudiés et sont les éléments de base des théories dont la mise en forme est l’objectif des recherches. Pour ceux qui adoptent ce type d’approche, les théories n’ont pas la forme déductive Hempelienne, mais relèvent de ce que des philosophes contemporains des sciences qualifient de conception pragmatique. Une première esquisse de ce type d’approche et de ses justifications se trouve dans un texte de Karl Marx qui appartient à la protohistoire des sciences sociales, « L’introduction générale à la critique de l’économie politique”, de Marx5. On trouve plus loin dans cet ouvrage la formule « La société n’est pas constitué par des individus, mais correspond à l’ensemble de leurs interelations, des relations dans lesquelles sont pris ces individus ». L’idée d’une approche relationnelle se trouve antérieurement chez Kant à propos des sciences de la nature dans un appendice de la Critique de la raison pure — comme me l’a indiqué J-P Briand6. On la trouve ensuite chez les néo-kantiens et ceux qu’ils ont influencés, comme Simmel et Weber, même si ce dernier propose une définition étroite de la notion de relation sociale (« on appellera relation sociale le comportement de plusieurs personnes tel que, au plan de son contenu de sens, celui des uns se pose par rapport à celui des autres et s’oriente en conséquence »7 ). Norbert Elias, Bourdieu, Eric Wolf, Charles Tilly sont d’autres exemples.

En tant que label, la catégorie d’approche relationnelle n’a été constituée dans la sociologie de langue anglaise que depuis une vingtaine d’années, revendiquant les auteurs que je viens de citer et leur postérité, notamment celle de Bourdieu, ainsi que les analyses de réseaux de Harrison White et de Granovetter, et, avec un succès tardif aux États-Unis, les adeptes du critical realism de Roy Bhaskar et Rom Harré. Dans divers essais et contributions souvent programmatiques, l’approche relationnelle est opposée aux approches substantialistes (ou essentialistes ou réalistes) dont les éléments de base sont non pas les relations sociales, mais les individus ou tels de leurs attributs, les organisations, etc. Le Manifeste pour la sociologie relationnelle de Mustafa Emirbayer marque le début des débats sur ce sujet8. Une nouvelle distinction est ainsi introduite en matière d’orientation théorique, à côté des oppositions antérieures micro/macro, holisme/ individualisme, structure/ agency, etc. C’est à propos de l’étude des relations de race — un terme d’usage ancien puisqu’il remonte à Robert Park — que son succès est le plus évident9.


L’adoption d’une approche relationnelle est essentiellement justifiée par l’émancipation jugée nécessaire évoquée en commençant de la recherche à l’égard des des catégories et perspectives de sens commun parce que celles-ci expriment ou reflètent les perceptions et intérêts des catégories détentrices d’une légitimité culturelle ou autre dans le domaine considéré. Dans la tradition issue de Park, un article de H.S. Becker en 1967 a proposé une formulation adroite en termes de hiérarchie de crédibilité10. Un autre niveau de justification est fourni par la philosophie des sciences de la nature, c’est-à-dire par Substance et fonction (1910) d’Ernst Cassirer, qui est une réflexion sur les sciences après la révolution de la relativité11. Plus rarement, on trouve aussi un renvoi à Bachelard dans le même contexte de réflexion sur la physique relativiste : « A aucun moment, écrit celui-ci dans La valeur inductive de la relativite, nous n’avons trouvé une réalité qu’on connaîtrait par abstraction; toujours nous avons eu affaire à une réalité qu’on formait en amassant des relations »12 . Je relève la convergence de ces justifications, que l’on trouve chez Bourdieu sans conclure qu’elles soient décisives, car la sociologie et ses analyses rustiques ont peu en commun avec la physique de la révolution relativiste.

Les présentations détaillées des justifications d’une approche relationnelle sont rares, sans doute parce que la distinction approche relationnelle/ substantialiste n’a été que tardivement constituée. A ma connaissance, la présentation la plus argumentée se trouve chez Norbert Elias, qui critique le mode de conceptualisation que favorise le sens commun et relève « cette tendance qu’ont nos langues à nous obliger à penser (…) comme si tous les “objets” auxquels s’attache notre réflexion — y compris les hommes — n’étaient d’abord que des objets, dépourvus de mobilité mais aussi de relations.13 » . Elias renvoie sans référence précise aux essais du linguiste B.L. Whorf dont les formulations sont plus générales et plus claires14. Whorf remarque par exemple à propos de la grammaire et de la logique d’Aristote « on a enraciné dans les esprits la notion suivant laquelle une de ces classes d’entités [sujet et prédicat, agent et action] peut exister par elle-même, mais que la classe des verbes ne peut exister sans une entité de l’autre classe, celle des “choses”, qu’elle est comme suspendue à la première. L’axiome fondamental qui résume cette position — le support matériel est nécessaire — n’est presque jamais sérieusement mis en question. Pourtant toute la physique moderne, où l’accent est placé sur la notion de “champ” est une mise en question implicite de cette prise de position. ».

Comme dans toute littérature suscitée par un mouvement intellectuel introduisant un clivage nouveau inévitablement associé à des visées de carrière, le vocabulaire des essais à caractère programmatique qui ont constitué la distinction approches relationnelles / substantialistes est mal fixé et les analyses en conséquences équivoques, les stratégies de légitimation procédant par réinterprétations d’analyses antérieures sont parfois audacieuses, etc.. Les termes relation est par exemple utilisé sans précision : pour les relations entre personnes, entre personnes et entités, entre entités. Ces relations semblent procéder parfois d’une construction par l’analyste, parfois posséder une existence indépendante de celui-ci comme dans l’usage du terme dans la langue ordinaire. Rendre compte de cette diversité exige d’examiner pour chaque auteur revendiquant une approche relationnelle ses présentations générales ainsi que les démarches adoptées dans ses recherches empiriques.

Je me limiterai ici à l’examen du plus ancien courant de recherches empiriques qui a adopté, mais peu argumenté une approche relationnelle, dont le point de départ se trouve chez Robert Park. Celui-ci est peu cité dans les débats suscités par les approches relationnelles, en dépit de l’introduction par Park de l’idée de “relations de race” qui lui permettait d’éviter tout substantialisation de celles-ci. Ni Park, ni ses successeurs directs ne sont mentionnés dans le Manifeste d’Emirbayer, qui se réfère par contre aux contributions de Mead, Dewey et Arthur Bentley, ainsi qu’à Goffman, qui n’est qu’un demi héritier de la tradition issue de Park.


Dans la présentation qui suit de l’approche relationnelle de Park et al., je me suis appuyé sur les essais de Park, mais aussi sur ceux de sociologues qui se présentent et sont reconnus comme ses continuateurs, son élève Everett Hughes d’abord, et secondairement H. S. Becker dont Les ficelles du métier relève d’une approche relationnelle15.

L’approche relationnnelle dans la tradition issue de Park

Ni Park ni ses successeurs n’utilisent fréquemment l’expression « relation sociale ». Un slogan résume souvent leur approche : la formule « society as interaction ». La notion d’interaction est supposée se rencontrer antérieurement chez Charles Horton Cooley, chez John Dewey et George Herbert Mead, mais ceux-ci n’utilisent pas le terme, et, en ce qui concerne Dewey, l’utilise parfois dans un autre sens. Je ne connais aucun exposé tout à fait satisfaisant de l’idée d’interaction en sociologie. Le complexe d’idées auxquelles la notion renvoie chez Park appartient à la culture du pragmatisme omniprésente à l’Université de Chicago dans les années 1930, partagée par les sociologues et les philosophes : d’où l’absence d’explicitation que confirme Anselm Strauss en indiquant que Human nature and conduct (1922) de Dewey était lu par les étudiants de sociologie à la fin des années 1930 pour sa théorie de l’action16. Ni Park, ni Hughes, ni Becker n’ont explicité complètement leur conception de l’interaction, peut-être parce qu’elle allait de soi pour leurs auditoires, mais plus probablement parce que ces subtilités n’intéressent pas les sociologues de leur entourage17. Il faut reconstituer celle-ci en partant de l’Introduction to the science of sociology de Park et Burgess18.

Le chapitre titré « Social interaction » signale immédiatement qu’il ne s’agit pas d’une « notion du sens commun », mais d’une notion abstraite. Le point de départ de la caractérisation proposée se trouve dans une analogie mécanique : de même que l’interaction en mécanique est ce qui lie les éléments ou les forces, l’interaction dans la société est ce qui lie les éléments qui composent celle-ci. Reproduit dans l’ouvrage, un texte de Simmel, emprunté au premier et au huitième chapitre de son livre Soziologie, identifie la notion d’interaction avec celle d’action réciproque (Wechselwirkung) — une notion très large dans la définition de Simmel19. La plus grande partie du chapitre de l’Introduction to the Science of Sociology sur l’interaction est consacrée aux formes diverses de communication, qualifiée d’« intermédiaire dans l’interaction sociale ». « La communication, écrivent Park et Burgess, est un processus par lequel nous transmettons une expérience d’un individu à un autre, mais c’est aussi un processus par lequel ces mêmes individus accèdent à une expérience commune »20.

À côté des formes simples de communication — les interactions visuelles, l’expression des émotions, etc. — Park et Burgess citent des formes de communications indirectes qui lient à travers des médiations des individus à leurs contemporains, indirectement par des systèmes de symboles, par les caractéristiques objectives d’une langue, par les coutumes inscrites dans les mœurs, par l’opinion publique, par l’art, les livres, la presse qui sont donc des intermédiaires dans l’interaction. La notion d’interaction est, on le voit, large, et pour citer Blumer « l’interaction humaine passe par la médiation de l’usage de symboles, par leur interprétation, et par la détermination des significations des actions d’autrui »21 Un essai tardif de Park rapelle la distinction entre deux types fondamentaux d’interaction : la compétition (qui caractérise ce qu’il qualifie d’ordre écologique et n’exige aucune communication) et la communication (qui caractérise ce qu’il qualifie d’ordre moral), tout en évoquant aussi des formes extrêmes et intermédiaires, les « échanges silencieux » entre populations qui n’ont que des contacts ponctuels, la coopération22 . À une différence de vocabulaire près il s’agit d’analyses en termes de relations, avec sous-entendue l’affirmation d’une dimension processuelle et une attention particulière pour les significations que développent les agents concernés autour de ces relations : « si la société est davantage que la somme de ses parties, écrivent Park et Burgess, les relations (entre les individus) doivent être définies en terme d’interaction, c’est-à-dire de processus »23 . Park utilise aussi le terme « relation », dans « relations de race » qui figure dans le titre de deux essais, en insistant sur le fait que son acception est plus large que l’usage commun de l’époque : « Le terme relations de race … inclut les relations qui ne sont plus maintenant conscientes et personnelles, même si elles le furent; les relations qui sont fixées et renforcées par les mœurs, les conventions et la routine d’un ordre social qui peut être à ce moment ne pas être vécu consciemment »24 . Des usages que fait Park des deux termes interaction et relation sociale, je conclurais que les interactions sont constitutives des relations sociales et, si l’on veut, leur élément “dynamique”.

En entrant dans le détail de la définition de la notion d’interaction de Park, j’ai cherché à illustrer la nécessité d’un examen rigoureux de la terminologie si l’on veut éviter les interprétations approximatives et les contresens. La notion ne peut pas notamment être réduite à l’interaction face-à-face, comme l’ont fait des lectures trop rapides récurrentes en France influencées par les analyses de Goffman et sans doute par les présentations de la psychologie sociale de G.H. Mead par Herbert Blumer. C’est aussi la lecture de Bourdieu, ce qui a pour conséquence d’oblitérer le point le plus saillant de sa critique de l’interactionnisme symbolique : son insuffisante attention aux relations de pouvoir, domination, etc.


Une hypothèse associée à une seconde notion, celle de processus social, occupe chez Park et se successeurs une position centrale dans son approche : l’hypothèse que les entités étudiées par la sociologie – notamment les groupes sociaux, les institutions, les normes sociales, bref les entités représentées – se trouvent dans un état permanent d’évolution. «“Processus social” est le terme qui désigne tous les changements qui peuvent être considérés comme des changements dans la vie d’un groupe », écrivent d’ailleurs Park et Burgess dans l’Introduction to the Science of Sociology. Dans le seul essai — What other ? — où Hughes précise quelque peu sa conception de l’interaction, le caractère émergent des significations élaborées au cours des interactions est aussi souligné comme un élément dynamique de ces processus25. D’où, dans les recherches, l’accent mis sur la découverte de la signification des actions et de la dimension subjective des comportements, des « définitions de la situation », et le privilège accordé à la démarche ethnographique, ressource la mieux adaptée à cette fin.

Les comptes rendus de recherches de Park, ou inspirés par Park ne sont pas toujours rédigés en termes d’interaction et de relation sociale, en dehors de celles qui portent sur les relations ethniques. Ce n’est pas le cas de celles qui sont centrées sur des entités, notamment de celles qui portent sur telle institution ou population particulière (comme les quartiers de sans-abri; les taxi-dance hall). Ce qui illustre le fait que Park et ses successeurs ne sont pas très soucieux de systématiser leur perspective, mais aussi la difficulté que rencontrent les comptes rendus de recherche centrés sur entités de sens commun à partir d’analyses relationnelles.

Comment les relations associées à ces interactions peuvent-elles être découvertes et catégorisées lors des recherches ? Aux objectivations des contacts face-à-face ou avec des intermédiaires et à la communication qui les accompagne, s’ajoutent les contacts avec des entités représentées (les autorités, dieu, parfois évoqué par Hughes). Les comportements d’échange, d’alliance entre entités représentées ou personnes sont d’autres objectivations de certaines relations, ainsi que les comportements de coopération, de concurrence, de conflit, qui n’impliquent pas nécessairement de communication et peuvent n’être objectivables que par des indices ténus, que les comptes rendus chercheront éventuellement à justifier26.


Hughes formule en passant dans un essai Les institutions américaines comme entreprises collectives une démarche pour l’étude des institutions : « Nous sommes constamment tentés de supposer que les limites des systèmes d’actions que nous étudions sont connues d’avance, au lieu d’être, en fait, une des inconnues qu’il nous appartient toujours de découvrir »27. Cet essai, qui part d’une critique des analyses fonctionnalistes des institutions, offre à travers des exemples, une sorte de panorama diversifié des systèmes de relations qui définissent à un moment les processus d’évolution des entreprises collectives — une vaste catégorie qui inclut sectes religieuses, institutions d’enseignement, mais aussi fondations privées, camps de concentration, kibboutz, syndicats des jeux, centres commerciaux, assurances, etc. Il propose aussi, à propos des établissements universitaires, un inventaire des différents environnements qui doivent être examinés— celui où l’établissement recrute ses élèves, celui où il recrute ses différents types de personnels, celui où il trouve ses financements, celui où il trouve des soutiens politiques, etc., sans ignorer les concurrents dans chacun de ces domaines — un exemple d’analyse relationnelle. Les mondes de l’art de H.S. Becker offrent une autre illustration de cette logique d’enquête28.

De nombreuses analyses relationnelles impliquent des ressources que ne peut offrir la seule démarche ethnographique, comme l’illustre un autre essai de Hughes, Queries Concerning Industry and Society Growing out of Study of Ethnic Relations in Industry, consacré aux rapports entre le développement de l’industrie et les relations entre groupes ethniques qui en est une conséquence29. Hughes y dresse un inventaire de configurations et de tendances d’évolutions possibles en fonction des relations entre les groupes de population recrutées dans l’industrie, sans négliger les relations qui, localement, relèvent des sociétés dites traditionnelles également présentes sur le même territoire. Les relations ici avancées reposent pour partie sur un point de vue d’observation distante de situations et d’évolutions — supposant un suivi à long terme d’évènements d’actualité à travers la presse et éventuellement des publications de recherches. Les sources ne sont pas précisées dans l’article, et il serait sans doute difficiles de les présenter aux lecteurs, et de leur fournir des justifications explicites des propositions avancées.


Si la sociologie dans la postérité de Park offre des exemples d’analyses relationnelles, on n’y trouve pas, par contre, de réflexion sur les ressources documentaires qui sont adaptées à ce type d’approche. C’est ce qu’offre, à ma connaissance pour la première fois, un essai de Matthew Desmond, inspiré par ses recherches. En matière de conception de la sociologie, la référence de Desmond se trouve d’abord dans le Métier de sociologue, mais il laisse de côté dans cet essai les formulations de Bourdieu en termes de champ. Il relève que la plupart des ethnographies produites depuis les années 1960 ci ont porté sur des petits groupes de personnes ou sur des lieux et les activités qui y prennent place, comme dans les exemples bien connus de Street corner society de W. F. Whyte, et de All our kin de Carol Stack30. Ce type de focalisation ne s’accorde pas bien avec une approche relationnelle. Celles-ci supposent plutôt de focaliser la recherche sur les relations entre groupes et sur leurs changements, sur les frontières de ces groupes et les processus de changements, sur les conflits culturels et non sur la culture de ces groupes. Telle est la démarche que Desmond affirme avoir suivi dans son ouvrage qui rend compte de ses recherches sur le logement de populations pauvres dans les grandes villes des États-Unis31.

Desmond n’entre pas suffisamment dans le détail de la démarche pour relever la difficulté que représente la pauvreté du vocabulaire disponible pour qualifier les relations lors du recueil de la documentation en contraste avec la richesse du vocabulaire concernant les entités représentées qu’utilisent les ethnographies centrées sur des groupes ou des lieux.


Une autre difficulté procède de la multiplicité éventuelle des relations découvertes lors de l’étude des phénomènes étudiés. La rédaction repose sur un jugement difficilement et rarement justifié sur l’importance de ce qui est négligé. Les comptes rendus sont sur ce point, rarement diserts. Un exemple de solution se trouve dans la suite d’articles de Don Roy, un élève de Hughes, publiées dans Un sociologue à l’usine, centrée sur des ouvriers sur machine, offre un exemple de solution pour l’introduction progressive des différentes parties prenantes à une interaction — les chronométreurs, puis d’autres types d’ouvriers, puis la composition d’équipe travaillant ensemble32.

Comme le suggère l’exemple de Queries Concerning Industry and Society Growing out of Study of Ethnic Relations in Industry de Hughes, les approches relationnelles exigent souvent d’autres ressources documentaires que celles qu’utilisent habituellement certains sociologues. L’exploitation d’enquêtes par questionnaires ou autres auprès d’une population sur ses comportements ne se prête guère à une interprétation en termes de relations. Les analyses causales qui constituent le mode d’interrogation qui leur est souvent associé s’accordent mal avec une d’approche relationnelle. La documentation d’origine variée dont dispose souvent les historiens — par exemple dans le cas de la France du 19e et du 20e siècle — s’accorde mieux avec ce type d’approche lorsque l’on peut disposer d’uen documentation qui concerne les différentes parties en présence dans le système d ‘interaction associé aux phénomènes étudiés. Une illustration se trouve dans les analyses de Maurice Agulhon sur la politisation rurale vers 1850 dans le Var, et notamment sur les révoltes au moment du coup d’État de 1851. Il peut en effet mobiliser des rapports officiels, des témoignages des insurgés et des autorités, et de ceux qui ont été recueillis plus tardivement33. Le compte rendu d’Agulhon est centré sur différents aspects des relations des insurgés et de leurs adversaires (autorités de l’Empire notamment), et sur leur incompréhension mutuelle.

Les difficultés induites par les sources documentaires usuelles des sociologues dans les approches relationnelles ont été relevées par Bourdieu, dans un séminaire de recherche en 1987-198834. Il reprend dans celui-ci une distinction présente déjà dans le Métier de sociologue entre mode de pensée relationnel et mode de pensée réaliste, « qui prend son objet tel qu’il se donne » — j’utilise ici les termes de Bourdieu Ce mode de pensée relationnel doit, selon lui, guider la construction de l’objet, présentée comme « un travail de longue haleine, qui s’accomplit peu à peu par retouches successives, par une série de corrections, de redressements, inspirés par ce que l’on appelle le métier, c’est-à-dire cet ensemble de principes pratiques qui orientent des choix à la fois minuscules et décisifs ». La suite suggère une certaine similitude entre construction de l’objet et ce que Hughes appelait « découverte du système d’interaction des phénomènes étudiés », mais Bourdieu se réfère uniquement à son approche plus spécifique et plus rigide en termes de champ.

Conclusion

C’est à la suggestion de Michel Grossetti, à qui j’avais communiqué un court texte de présentation de la notion d’interaction dans la sociologie de Hughes que j’ai développé cet exemple. J’ai suivi ensuite le fil de mes réflexions sur les démarches de sciences sociales, et découvert la vogue actuelle aux États-Unis des approches relationnelles constituées en nouvelle orientation de recherche. Je récapitule les éléments que j’ai cherché à mettre en évidence.


J’ai d’abord explicité la relation entre ces approches et les problèmes, toujours aigus dans les recherches empiriques, de la construction conceptuelle.
À partir d’un examen détaillé de la notion centrale d’interaction, j’ai cherché à montrer que la sociologie issue de Park était un exemple d’approche relationnelle, et, à partir de cet exemple, examiné quelques-unes des implications de ce type d’approche sur les démarches de recherches.
J’ai ensuite signalé des difficultés qu’implique une approche relationnelle, à la fois pour proposer au lecteur des éléments de preuve et pour offrir une mise en relation d’analyses en terme de systèmes de relations et de descriptions en termes d’entités représentées.


Pour retourner au thème général de ces journées, je reviendrai sur la question du statut conféré aux relations sociales dans ces approches relationnelles. Le système des relations sociales mis en évidence lors de l’étude d’un objet, d’un problème, ou d’un ensemble de phénomènes, est à l’évidence une construction du chercheur. On peut cependant reconnaître aux relations sociales qui en sont les éléments de base une forme d’existence au-delà de leurs objectivations, notamment par des comportements individuels ou collectifs par lesquels on les connaît. Les entités représentées, que l’on connaît également à travers des objectivations sociales, possèdent une forme d’existence

analogue. Quant aux théories, leurs éléments de base sont ces relations sociales, ou plutôt ces systèmes de relations sociales. C’est ce que, je crois, veux dire Bourdieu lorsqu’il considère que La noblesse d’Etat, dont la base est strictement l’état conjoncturel très particulier de la formation des catégories dirigeantes françaises des années 1960-1990 propose une théorie.


En tant que chercheur, je n’ai pas de doute sur la fécondité de l’adoption d’une approche relationnelle, notamment comme intrument critique des découpages du langage commun. Un exemple particulièrement convaincant est la monographie d’Aron Cicourel, The Social Organization of Juvenile Justice, sur la délinquance juvénile35. Dans mes propres recherches, L’école d’Etat conquiert la France, je crois que l’on peut dire que les analyses sont relationnelles36. J’ai suivi une démarche analogue à celle que formule Hughes — déterminer les systèmes d’interaction— les concurrents / alliés à chaque période des différentes parties/ éléments de l’école. Mais j’ai des doutes sur la possibilité d’utiliser seulement des concepts relationnels dans une recherche. Nous utilisons aussi très souvent des constructions conceptuelles par redéfinition de termes de la langue commune pour désigner un domaine d’analyse appropriée et échapper aux limites qu’imposent les entités représentées marquées par des jugements de valeur — c’est par exemple ce que fait Goffman dans Asiles. Il me semblerai discutable de faire de l’approche relationnelle la seule acceptable en sciences sociales, car l’étude de populations s’accorde mal avec les démarches usuelles utilisées dans ce domaine. Et j’ai en conséquence des doutes sur l’utilité de donner trop d’importance à une opposition approche relationnelle/ approche substantialiste dans l’analyse des orientations et des pratiques de recherches.



Citer ce billet
Jean-Michel Chapoulie (2024, 12 février). Les approches du monde social en sociologie en termes de relations. Questions de recherches. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://recherches.hypotheses.org/2817

  1. Pierre Bourdieu, Sociologie générale. Cours du Collègede France, 1981-1983, Paris, Seuil/Raisons d’agir, 2015, vol. 1., p 63-64. Cette interrogation sur les catégories n’est pas, chez Bourdieu, seulement tardive. []
  2. Matthew Desmond, « Relational ethnography », Theory and Society, 2014, 43 ( 5), p. 547-579. []
  3. Voir par exemple Charles Tilly, « Relational origins of inequality », Anthropological Theory, 2001, 1(3), p. 355–372 []
  4. J.-M. Chapoulie, Enquête sur la connaissance du monde social, Rennes, PUR, 2017 []
  5. Karl Marx, « Introduction à l”‘Introduction générale de la critique de l’économie politique” » (1857) vient des Gundrrisse (en français : Fondements de la critique de l’économie politique, Pariis, Anthropos, 1967, t. 1, citation p. 212). []
  6. E. Kant « Appendice » de la Critique de la raison pure titré : « De l’amphibologie des concepts de la réflexion, produite par la confusion entre l’usage empirique de l’entendement et son usage transcendantal » ed. A. Renaut, Garnier, p. 309-314, not.p. 313-314. et note 101 de Renaut, p. 708 []
  7. Max Weber, Concepts fondamentaux de la sociologie, Paris, Gallimard, 2016, p. 123. []
  8. Mustafa Emirbayer, « Manifesto for relational sociology », American Journal of Sociology, 1997, 103 (2), 281-317. Voir pour des conntributions postérieures Stefan Fuchs, Against Essentialism, Boston, Harvard University Press, 200; Pierpaolo Donati, Relational Sociology. A New Paradigm for the Social Sciences, Routledge, 2011. []
  9. Voir par exemple Mara Loveman,« Is “Race” Essential », American Sociological Review, 1999, 64 (6), p. 891-898; Mustafa Emirbayer, Matthew Desmond, The racial order, Chicago, University of Chicago Press, 2015 []
  10. Howard S. Becker, « Whose Side Are We On ? », Social Problems, 1967, 14 (3), p. 239-247 (traduction française in Le travail sociologique. Méthode et substance, Fribourg, Academic Press Fribourg, 2006, p. 175-190). []
  11. Ernst Cassirer : Substance et fonction. Éléments pour une théorie du concept, Paris, Éditions de Minuit, 1977 [1910] []
  12. Gaston Bachelard, La valeur inductive de la relativite, Paris, Vrin, 1929, p. 241. []
  13. Norbert Elias, Qu’est-ce que la sociologie ? Aix-en-Provence, Pandora, 1981 [1970], voir p. 134. Dans un développement qui suit (p. 143-44) Elias critique Max Weber pour son acceptation d’une frontière entre ce qui est individuel et ce qui est social, suggérant ici que celui-ci n’adopte pas toujours une approche relationnelle. []
  14. Benjamin Lee Whorf : Linguistique et anthropologie, Paris, Denoel, 1969 (voir p. 121-140; édition en anglais en 1956). Dans un commentaire d’Aristote, Jules Vuillemin ¬ — La logique et le monde sensible, Paris, Flammarion,1971, p. 11-23 — fait des remarques convergentes. []
  15. Howard S. Becker, Les ficelles du métier: comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, la Découverte, 2002, voir le développement ” Les concepts sont relationnels”, p. 213-221. []
  16. Voir Anselm Strauss,—« The Chicago tradition’s ongoing theory of action /interaction », in Anselm Strauss, Creating Sociological awareness, Transaction, 1991, p. 3-32. John Dewey, Human nature and conduct, New York, Henry Holt, 1922. []
  17. H.S. Becker a propose une caractérisation très concise de l’interaction dans Sociological Work, Method and Substance, op. cit., et une autre dans un essai, « Quelques idées sur l’interaction », in A. Blanc, A. Pessin dir., L’art du terrain. Mélanges offerts à Howard Becker, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 245-255. []
  18. Robert Park, Ernest Burgess, Introduction to the Science of Sociology, Chicago, The University of Chicago Press, 2nde édition, 1924 (p. 339 pour la citation). []
  19. Deux extraits de Georg Simmel, Soziologie : Untersuchungen Über Die Formen Der Vergesellschaftung, Leipzig, Duncker und Humblot, 1908. Selon Simmel, une société existe quand des individus entretiennent des relations réciproques — ce qui est l’équivalent de la formule « society as interaction ». La traduction usuelle en français du terme de Simmel Wechselwirkungen par « action réciproque », risque de dissimuler la signification large que Simmel donne à ce terme. []
  20. Introduction to the Science of Sociology, op.cit., p. 36‑37. []
  21. .Herbert Blumer, « Society as symbolic interaction » [1962], in A. Rose (ed.), Symbolic Interactionism, Perspective and Method, Englewood Cliffs, Prentice Hall, 1969. []
  22. Robert Park, « Symbiosis and Socialization : a Frame of Reference for the Study of Society », American Journal of Sociology, 1939, 45 (1), p. 1‑25 (in Human Communities, p. 240‑261). []
  23. Introduction to the Science of Sociology, op. cit., p. 211. []
  24. Robert E. Park, « The nature of race relations » (1939), in Race and Culture, p. 81-116 voir p.83 []
  25. E. C. Hughes, «  What others ?», in A. Rose (ed.), Symbolic Interactionism, Perspective and Method, Englewood Cliffs, Prentice Hall, 1969, p. 119-127. []
  26. Voir par exemple Robert E. Park, « Racial Assimilation in Secondary Groups With Particular Reference to the Negro » (1913), in Race and Culture, p. 204-220 : Park relève l’apparition de poupées nires destinées aux petites filles noires qu’il interprète comme le signe d’un début d’émancipation par rapport au modèle des Blancs. []
  27. E.C. Hughes, « Going Concerns : The Study of American Institutions», Communication présentée à l’American Sociological Association en 1957, traduction in Le regard sociologique, EHESS, 1996). []
  28. H. S. Becker, Les mondes de l’Art, Paris, Flamarion, 1988[1982]. []
  29. E.C. Hughes, « Queries Concerning Industry and Society Growing out of Study of Ethnic Relations in Industry », American Sociological Review, 1949, 14 (2), p. 211-220. []
  30. Willliam F. Whyte, Street corner society : the social structure of an Italian slum, Chicago, University of Chicago Press, 1943; Carol Stack, All our kin: strategies for survival in a black community, New York, Basic Books, 1974. []
  31. L’ouvrage a été traduit en français : Matthew Desmond, Avis d’expulsion: Exploitation urbaine de la pauvreté, Lux, 2019 (Canada) []
  32. Don Roy, Un sociologue à l’usine, La découverte, 2006 (traduction d’articles des années 1952-1955, et d’un inédit). []
  33.  Maurice Agulhon, La république au village, Seuil, 1979, [1970]. []
  34. Pierre Bourdieu, Loïc Wacquant, Invitation à la sociologie réflexive, Paris, Éditions du Seuil, 2014, notamment p. 285-307 (citation p. 288). []
  35. Aaron V. Cicourel, The Social Organization of Juvenile Justice, New York, Wiley, 1968. []
  36. J.-M. Chapoulie, L’école d’Etat conquiert la France, Rennes, PUR, 2010. []

Jean-Michel Chapoulie

Professeur de sociologie à l'Université de Paris I

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search