Les ressources de coordination, composantes élémentaires du monde social

Je présente dans ce texte une catégorie devenue progressivement assez centrale dans mon travail, celle de ressource de coordination. Fondamentalement, cette catégorie ne désigne pas une entité mais un statut dans les activités sociales. Lorsque les activités prennent la forme d’interactions entre des personnes, certaines entités sont mobilisées, temporairement ou de façon plus durable, dans les ajustements réciproques que produisent ces interactions. Pour préciser le sens de cette catégorie, je commencerai par définir ce que sont les entités sociales, dont la délimitation et le sens résultent des activités des personnes. Ensuite je présenterai les processus sociaux et plus particulièrement le type que l’on peut désigner comme une interaction. Sur cette base, je développerai une typologie des statuts que les entités peuvent revêtir dans les processus, l’un de ces statuts étant celui de ressource de coordination. Il faudra alors que je précise le sens que je donne à ce terme de coordination, qui n’implique ici ni pensée organisatrice ni ajustement pacifique entre des personnes. Comme certaines entités sociales peuvent prendre de façon répétée et massive le statut de ressources de coordination, on peut par approximation les désigner au moyen de cette expression. Cette catégorie permet donc de passer du monde instable et incertain de l’activité et des interactions à celui relativement plus stable et prévisible des structures sociales. Cependant cette catégorie pose divers problèmes, à commencer par ceux qui concernent sa désignation, ce qui est discuté dans la conclusion.

Sommaire

Qu’est-ce qu’une entité sociale ?

Les statuts des entités dans l’activité sociale

Interaction, coordination, institutions

Les “particules élémentaires” du monde social

Qu’est-ce qu’une entité sociale ?

La catégorie que je présente ici s’intègre à une ontologie conçue pour les sciences sociales, à partir de leurs pratiques de recherche empirique1.

Ces sciences étudient les activités humaines. En effet, même si tout ce qui compose l’environnement des humains (éléments naturels, objets techniques) fait partie du monde social, les sciences sociales peuvent seulement étudier les activités impliquant des humains et elles le font en observant ces humains, en les interrogeant, ou en étudiant les traces qu’ils laissent au cours de leurs activités. Les individus humains sont désignés dans ce qui suit comme des personnes.

Dans le monde contemporain, les humains biologiques définis comme membres individuels de l’espèce forment la base d’identités sociales qui associent à chaque personne des récits qui la concernent, des supports d’identification (nom, codes administratifs divers, etc.), des objets (vêtements, bijoux …). Les identités sociales qui se construisent à partir d’une même personne peuvent varier, non seulement dans leurs contenus mais dans leur extension. Certaines identités peuvent intégrer peu d’éléments, d’autres les accumuler, leur extension sociale variant sur les dimensions de masse, durée et généralité2.


Tout ce qui est en contact avec des humains devient de la matière sociale parce que les humains attribuent des significations à tout ce avec quoi ils interagissent et modifient tout ce qu’ils intègrent à leurs activités. De ces activités émergent des consensus partiels ou des discordances sur la délimitation d’objets physiques ou discursifs. Ces entités se trouvent toujours prises dans des processus d’encastrement3, qui les fondent dans des entités plus vastes ou les dissolvent dans des composant plus petits, et les inscrivent toujours dans des réseaux de relations dyadiques de toutes sortes. Mais elles font aussi l’objet de processus de découplage qui, au contraire, tendent à les autonomiser relativement aux autres entités. Les entités sociales sont donc le résultat provisoirement stabilisé de ces processus de délimitation et d’attribution de sens, d’encastrement et de découplage.

Les statuts des entités dans l’activité sociale

Une personne peut interagir avec d’autres personnes, des animaux des éléments naturels, des objets techniques, des formes discursives et leur conférer divers statuts dans l’interaction. Dans le cas des interactions avec les autres personnes, ces statuts font l’objet de négociations dans l’interaction et il en est de même, dans un registre plus limité, pour les animaux auxquels les personnes prêtent des capacités expressives. Que peuvent être ces statuts ? J’en discerne quatre, mais sans certitude d’être exhaustif : partenaire d’interaction ; ressource ; contrainte ; enjeu.
Un partenaire d’interaction implique une relative réciprocité et le partage d’un répertoire expressif. Naturellement, l’interaction entre deux personnes est beaucoup plus complexe que celle qui concerne une personne et un animal. La première peut mobiliser une multitude de ressources sociales qui vont du langage aux appartenances à des milieux ou des classes sociales identifiables, elle implique des jeux d’interprétation bien décrits par une sociologie interactionniste comme celle d’Erving Goffman ou par l’« ethnométhodologie » d’Harold Garfinkel. La seconde repose sur des accords expressifs non langagiers, toujours incertains mais qui peuvent dans certains cas avoir donné lieu à des formes de routinisation.


Certains artefacts sont conçus pour simuler des comportements humains et les personnes se comportent parfois avec eux en mobilisant des logiques d’interaction plutôt que d’action instrumentale. Conçus à l’origine pour effectuer des calculs, les ordinateurs ont évolué pour intégrer des langages de programmation puis de commande, et, dans les dernières décennies, des interfaces visuelles et tactiles de mieux en mieux adaptées aux logiques humaines intuitives. Un ordinateur ne s’utilise pas comme un marteau, ni même comme un moteur électrique ou thermique, il implique une forme de dialogue. Par ailleurs, la robotique et l’intelligence artificielle s’associent pour produire des artefacts simulant des comportements humains ou animaux de façon de plus en plus réaliste.


Si nous nous tournons vers les autres statuts, nous entrons sur un registre plus traditionnel des sciences sociales, mais avec peut-être ici une insistance particulière sur le caractère interactionniste et processuel de l’activité sociale. Dans cette perspective, une même entité peut revêtir le statut de ressource instrumentale si des personnes la mobilisent pour agir sur d’autres entités considérées comme des ressources, ou de ressource de coordination si elle est utilisée pour la coordination ou l’interaction entre personnes (ou avec des partenaires d’interaction animaux). Une ressource (instrumentale ou de coordination) est une contrainte si des personnes la subissent (quitte à s’y opposer) et un enjeu si elle fait l’objet de tentatives d’appropriation ou de transformation.


Pour prendre un exemple simple, considérons une table dans une salle de classe d’un établissement scolaire : c’est une ressource instrumentale puisque l’on peut y poser un certain nombre d’objets ; c’est aussi une contrainte parce qu’elle a une certaine forme, est difficile à déplacer ; elle peut devenir un enjeu si deux élèves se la disputent ; enfin, en délimitant un espace attribué à son occupant, elle cadre la coordination entre les élèves et entre ceux-ci et l’enseignant. Le même raisonnement peut s’appliquer à des ressources cognitives ou discursives, comme par exemple une expression de langage, ressource instrumentale pour une personne qui s’exprime et celles qui la comprennent, contrainte des limites qu’elle comporte, enjeu de définition de sa signification, coordination par la compréhension partagée qu’elle permet. Les registres de la ressource, de la contrainte et de l’enjeu n’épuisent pas toutes les possibilités d’interaction. Je m’en tiens ici à ceux-ci car ils sont les plus courants et faciles à appréhender.
Des personnes peuvent endosser ces rôles, être perçues par d’autres comme des ressources, des contraintes ou des enjeux. Dans ce cas, il peut arriver que, d’une certaine façon, elles soient en partie « déshumanisées » aux yeux de ces autres personnes. Un bon exemple de cette attitude est l’expression de « ressource humaine », précisément si peu humaine. Ces « dissonances ontologiques »4 sont fréquentes et devraient faire l’objet de plus d’attention de la part des sciences sociales.

Figure 1.1. Les statuts des entités dans les interactions

Les statuts des entités dans les interactions ne sont pas exclusifs. Les types que j’ai définis ne se retrouvent pas en général à l’état « pur » : une même entité peut être à la fois perçue par les personnes impliquées dans une situation comme une ressource et une contrainte, ou un enjeu. Dans les interactions entre personnes, il existe souvent une ambiguïté entre le statut de partenaire d’interaction et celui de ressource ou d’enjeu. Il suffit de penser à toutes les stratégies commerciales qui consistent à aborder les clients potentiels sur le registre de l’interaction entre personnes, mais qui visent en fait à les transformer en client, ressource et enjeu économique bien identifié. Bien sûr, les différentes personnes engagées dans une interaction peuvent diverger dans le statut qu’elles confèrent, ou cherchent à conférer, aux entités présentes, et c’est l’ordinaire des activités sociales que d’entrer en conflit ou de négocier des accords sur ce point.


Les entités ne sont pas insécables, elles sont elles-mêmes composées d’entités et peuvent s’intégrer à des agrégats plus larges. Tout dépend du niveau d’analyse que choisit l’observateur et des découpages du réel opérés par les personnes dont il étudie les activités. Pour identifier les entités pertinentes dans une situation, l’analyste peut s’appuyer sur les discours des personnes dont il étudie les activités, mais aussi sur ses propres connaissances, avec évidemment les variations que cela implique. Pour un anthropologue français, un objet du quotidien de la France contemporaine est plus immédiatement appréhendable que des objets anciens pour un archéologue ou des éléments peu observables comme des particules élémentaires qu’un physicien détecte dans des résultats expérimentaux et qu’un sociologue des sciences chercherait à intégrer à son analyse.
Les ressources ont une aire de pertinence. Une liste de courses griffonnée par une personne lui permet seulement de se coordonner avec elle-même, c’est une ressource individuelle de coordination. Si la ressource est pertinente pour deux personnes c’est une ressource dyadique. Si elle concerne plus de deux personnes, c’est une ressource collective. Bien sûr, lorsque la ressource concerne plusieurs personnes, son aire de pertinence est l’objet de négociations et peut susciter des conflits. On peut penser par exemple à l’extension dans le temps et dans l’espace social d’une règle, ou à la gamme de phénomènes pour laquelle une théorie est considérée comme pertinente.


Les ressources de coordination interviennent dans les interactions directes mais aussi dans d’autres situations.

Interaction, coordination, institutions

L’interaction ne se réduit pas aux processus d’actions réciproques continues. Elle peut prendre la forme d’actions décalées dans le temps. Prenons l’exemple de la circulation automobile. Les véhicules s’ajustent les uns aux autres lorsqu’ils sont présents en même temps dans le trafic en s’appuyant sur des règles (priorité à droite en France par exemple), qui sont souvent matérialisées ou prolongées par des dispositifs matériels (feux rouges, rond points, ralentisseurs, etc.). Ces règles et dispositifs sont ce que j’ai appelé des ressources de coordination. Le conducteur d’un véhicule circulant sur une route déserte est censé respecter le code de la route et ajuster sa conduite aux multiples dispositifs qui équipent ce code, permettant ainsi à d’autres conducteurs qui entreraient sur la même route à l’improviste de s’y insérer sans difficulté. Les ressources de coordination qui cadrent la circulation produisent et reproduisent un ordre commun qui cadre les interactions, mais aussi des interdépendances plus indirectes ou des rapports sociaux plus généraux. Si les ressources de coordination se définissent par le fait que ces entités soient souvent impliquées dans les interactions, la durée de beaucoup d’entre elles dépasse celle des interactions et fonde un ordre plus général, que l’on peut désigner comme une coordination.
Dans les dictionnaires le terme « coordination » renvoie généralement à une action réflexive de mise en ordre5. Ce n’est pas ce qui est signifié dans l’expression « ressource de coordination » qui tient une place importante dans Matière Sociale. Il y a bien l’idée d’un ordre commun, mais celui-ci émerge des interactions, c’est une interprétation réciproque des activités des personnes ou des collectifs en interaction. Cette interprétation croisée, même lorsqu’elle est discordante et conflictuelle, constitue une forme d’ordre au sens où elle est un appui pour les activités des personnes impliquées. Une ressource de coordination est une entité (une personne, un animal, un objet matériel ou cognitif) qui intervient dans l’interaction. Par exemple, entre deux nations en guerre, les notions mêmes de guerre et de combat, les références historiques qu’elles évoquent, toutes choses plus ou moins partagées par les belligérants, contribuent à cadrer l’interaction. Il en est de même pour certaines particularités du terrain d’affrontement (colline, plateau, fleuve, fortification), qui sont aussi des éléments qui interviennent dans les activités et peuvent faire sens comme ressources, enjeux ou contraintes. Dans cette perspective la coordination est un ajustement réciproque entre des personnes ou des collectifs (parfois entre des personnes et des animaux considérés comme expressifs) et non la mise en ordre cohérente et logique issue d’une pensée organisatrice. Les ressources de coordination sont toutes les entités qui participent à cet ajustement.

Ces ressources sont au fondement de l’explicitation des formes sociales agrégées. Dans l’ontologie à laquelle la catégorie s’intègre, trois catégories permettent de traiter les formes sociales plus massives et durables que l’activité saisie au niveau le plus élémentaire. La première est celle de collectif, qui désigne un ensemble de personne liées à de mêmes ressources. Elle est analogue aux catégories classiques des sciences sociales qui se situent sur le même registre : groupes, classes, organisations, etc. Les collectifs peuvent être de toutes les amplitudes, les collectifs dyadiques impliquant deux personnes correspondant aux relations interpersonnelles qui forment la base des réseaux sociaux. La deuxième catégorie est cette de sphère d’activités, qui désigne un ensemble d’activités mettant en jeu de mêmes ressources. La catégorie est analogue à d’autres, très classiques, comme les mondes sociaux, les champs ou les configurations. Comme les collectifs, les sphères d’activité peuvent avoir toutes les amplitudes. Collectifs et sphères d’activité peuvent être analytiques, définis de l’extérieur, par un observateur, ou explicites, lorsqu’ils sont revendiqués par des personnes. L’explicitation est un processus de découplage, qui implique des activités de mise en forme, des accords et des discordances, processus dont l’objet est la construction de ressources de coordination spécifiques au collectif ou à la sphère d’activité. Le système des ressources de coordination qui est spécifique à un collectif, ou une sphère activité, explicite, et qui en fonde le caractère explicite, est appelé une institution. Ce sont donc les ressources de coordination qui sont au fondement des formes intermédiaires explicites du monde social.

Les “particules élémentaires” du monde social

Dans Matière sociale, le terme « ressource » est utilisé de plusieurs façons.
C’est avant tout un statut dans l’interaction donc une caractéristique contingente qui dépend des activités des personnes impliquées dans cette interaction. Un bâtiment connu de deux personnes qui sert momentanément de point de repère pour un rendez-vous prend le statut de ressource de coordination éphémère pour ces deux personnes et leur rencontre. Mais ce statut disparaît une fois les deux personnes réunies et le même bâtiment peut prendre d’autres statuts pour d’autres personnes : ressource instrumentale de type logement, contrainte par les coûts d’entretien qu’il implique, enjeu dans une succession, etc.


Mais, par souci de simplicité, j’ai aussi utilisé ce terme de façon plus générique pour désigner une entité (généralement une « non personne ») qui prend souvent le statut de ressource, de contrainte ou d’enjeu. C’est le cas par exemple des parties les plus communes et partagées d’une langue, socle des interactions entre les personnes qui pratiquent cette langue. Les mots ou les expressions sont des ressources de coordination pérennes pour les personnes qui les connaissent, même si des discordances dans leur interprétation peut les transformer en enjeux et si le poids des significations qui leur sont associées en fait aussi des contraintes. Ainsi, certaines entités sont fréquemment des ressources et peuvent donc par approximation être désignées par ce terme.


Dans l’ontologie présentée, les personnes ne sont pas les « atomes » du monde social puisqu’elles sont des composées d’éléments biophysiques qui peuvent donner lieu à des identités multiples, simultanées ou successives, composées de l’association des éléments biophysiques à des significations. Si le monde social est coordonné, de façon plus ou moins contradictoire, conflictuelle, stable ou fluctuante, c’est sur la base de ressources de coordination de toutes sortes et de toutes envergures qui en constituent la structure la plus fondamentale. En effet, les relations, les collectifs et les sphères d’activité explicites se construisent sur la base de ressources de ce type, que ces formes composées influencent en retour. Que ces « particules élémentaires » du monde social ne soient pas forcément des entités stables mais des statuts conférés pour un temps par les personnes à des entités de toutes sortes ne devrait pas apparaître comme un paradoxe. Après tout, les particules élémentaires des physiciens sont décrites à la fois comme des ondes (processus) et comme des particules (entités), et les entités sont probablement des vibrations de boucles dans un réseau ou de « cordes » dans un espace à nombreuses dimensions. Les ontologies scientifiques sont des outils de travail, liés à l’état momentané des théories et des formalismes, non des réponses définitives à des questions sur l’existence …


Autrement dit, si l’on a en tête les dynamiques d’encastrement et de découplage (d’émergence et de dissolution), il n’y a pas de contradiction entre le caractère fluctuant et incertain des entités à un certain niveau et la stabilité relative de structures plus pérennes ou plus vastes à d’autres niveaux. Il existe une continuité entre ces niveaux et cette continuité peut être tracée à partir de ce que j’ai appelé ressources de coordination.
La catégorie de ressource de coordination est donc très fondamentale parce qu’elle permet de naviguer entre les interactions et les structures, mais elle pose de nombreux problèmes.


Les moins graves sont les problèmes de terminologie. Je me suis résolu à réunir deux termes, « ressource » et « coordination » qui posent tous deux des problèmes par les connotations qu’ils véhiculent. Le terme « ressource » suggère des entités passives toujours à disposition, qui n’est qu’une variante très minoritaire de ce que le terme recouvre ici. Le terme « coordination » suggère un accord obtenu sur la base d’un effort d’organisation, qui n’est, là encore, qu’une part très restreinte de ce qui est désigné par la catégorie. Je me suis efforcé de préciser les termes pour éviter les procès terminologiques qui peuvent faire obstacle à une discussion sur le fond.


Un problème plus fondamental est celui de la catégorie de « statut » que je n’ai pas définie autrement qu’à travers la typologie proposée. Comme toujours, on peut définir ces statuts « de l’extérieur », du point de vue d’un observateur qui attribue du sens aux entités qu’il décèle dans les activités, ou « de l’intérieur », en se centrant sur le sens que les personnes impliquées dans les activités attribuent à différentes entités. Dans les deux cas, les statuts impliquent des significations, donc des ressources cognitives, mais celles-ci sont toujours intriquées avec des aspects biophysiques. Par rapport aux entités, ces statuts sont un peu analogues aux états des différentes particules de la matière. L’ontologie proposée est donc une sorte d’ontologie d’états. Mais il est clair que tout cela mériterait de bien plus amples développements.
Un autre problème, évoqué dans le texte mais non réellement résolu est celui des discordances sur le statut des entités aux cours d’un ensemble d’activités. Cela relève à mon sens de recherches empiriques, mais une analyse secondaire de cas divers (par exemple de controverses scientifiques, techniques ou politiques) pourrait permettre d’avancer plus que je ne l’ai fait dans ce texte.


Enfin, je n’ai pas proposé de scénarios pouvant rendre compte de la stabilisation progressive d’une entité à la fois comme entité et dans le statut de ressource de coordination. Cette stabilisation est consubstantielle à celle des collectifs ou des sphères d’activité dont les institutions incluent cette ressource. Il est probable que l’on puisse, par analyse de cas divers, dégager quelques scénarios types, mais cela reste à tester.
Malgré tous ces problèmes, cette catégorie a le mérite de pointer un des problèmes centraux des sciences sociales qui est l’articulation entre les activités captées au niveau le plus fin et les structures de grande amplitude et durée. Il faut pouvoir suivre les processus de stabilisation ou au contraire de remise en jeu des statuts des entités, la façon dont des entités qui prennent régulièrement le statut de ressource de coordination sont à la fois mobilisées dans l’activité et présentes à des niveaux plus amples de masse, de durée et de généralité.

Crédits photographie de mise en avant : Tevarak de Getty Images/ Canva creatives studio / Canva pro

  1. Michel Grossetti, 2022, Matière sociale. Esquisse d’une ontologie pour les sciences sociales, Editions Hermann. []
  2. Dans la perspective présentée ici, un phénomène social présente une extension dans trois dimensions : la masse, qui est le nombre d’entités impliquées ; la durée ; et la généralité qui est la variété des sphères d’activité mises en jeu (Michel Grossetti, 2011, « L’espace à trois dimensions des phénomènes sociaux. Echelles d’action et d’analyse », SociologieS, http://sociologies.revues.org/index3466.html). []
  3. Michel Grossetti, 2015, « Note sur la notion d’encastrement », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 26 mai 2015. URL : http://sociologies.revues.org/4997 []
  4. Je remercie Antoine Doré de m’avoir suggéré cette expression. []
  5. Le Trésor de la Langue Française définit le terme ainsi :  « Mise en ordre, agencement calculé des parties d’un tout selon un plan logique et en vue d’une fin déterminée. » et par extension « État de choses harmonieusement disposées en vue d’un certain effet. » (https://www.lalanguefrancaise.com/dictionnaire/definition/coordination) et pour l’anglais le Cambridge dictionnary donne une définition similaire : « the act of making all the people involved in a plan or activity work together in an organized way » or « the process of organizing the different activities or people involved in something so that they work together effectively » (https://dictionary.cambridge.org/fr/dictionnaire/anglais/coordination) []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mgrossetti (13 février 2024). Les ressources de coordination, composantes élémentaires du monde social. Questions de recherches. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://recherches.hypotheses.org/2931


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search