Quelle méthode pour une recherche engagée ?

« L’inclusion » : une définition par les personnes en situation de handicap

Lorsque une section de l’Association des Paralysés de France fait appel à nous pour mener une réflexion sur les l’inclusion des personnes handicapées, nous nous interrogeons sur la méthode à mettre en œuvre. Avec, immédiatement, la volonté de nous situer dans la perspective des Disability Studies. La démarche adoptée consistera à organiser la production d’une analyse collective de situations d’exclusion/inclusion.

Dans cet article, nous présentons cette expérience ainsi que les questions méthodologiques qu’elle soulève.

Les Disability Studies. Une posture politique mais pas de méthode ad hoc.

Outre-Manche et Outre-Atlantique, s’est développé dans le giron des Cultural Studies un champ de recherche particulièrement fécond et productif autour du handicap, les Disability Studies. Ce champ s’est constitué sur un modèle relativement similaire à d’autres courants affins comme les gender studies , les queer studies, les black studies,… dans une perspective éminemment critique des positions disciplinaires hégémoniques concernant son objet d’investigation. C’est à ce courant de recherche que l’on doit en effet ce qui s’apparente à une forme de renversement copernicien concernant les approches usuelles du handicap. C’est en effet aux Disability Studies et, plus particulièrement aux travaux de Mike Oliver, Vic Finkelstein, Colin Barnes (Albrecht et al, 2001 ; Barnes et al, 2002) que l’on doit l’idée que le handicap désigne en premier lieu un rapport de pouvoir et de domination, d’« oppression ». Pour ces auteurs, le handicap est le produit des exigences normatives extrêmement discriminantes de nos environnements de vie. Que ce soit tant d’un point de vue pratique, c’est-à-dire au niveau même de leur conception, que du point de vue des rapports sociaux qui les structurent, nos « mondes sociaux » n’en restent pas moins « designés » pour certaines formes d’existence.

Image de prostooleh sur Freepik

Ce modèle a connu depuis un vif succès dû en partie au fait que ce courant de recherche a été dès ses débuts adossé à des mouvements de défense des droits et des intérêts des personnes handicapées fortement structurés. Depuis, aussi bien les recherches universitaires sur le handicap que, dans un certain nombre de pays, les politiques publiques se sont quelque peu acculturées à ce modèle.

L’importation d’un modèle social du handicap s’est cependant faite, la plupart du temps si ce n’est systématiquement, au détriment de toute l’architecture théorique et méthodologique qui l’accompagne. Cette réduction est d’autant plus dommageable que les réflexions théoriques des Disability Studies sont indissociables d’une réelle volonté de novation méthodologique.

Ainsi, en filiation directe de ce « modèle social du handicap », les Disability Studies n’ont cessé d’explorer les conditions de possibilité d’une emancipatory research (ER) guidée non seulement par un objectif de changement social mais également de renversement de la « politique » d’enquête. Deux principes structurant reviennent à ce titre régulièrement sous la plume des tenants de ce courant de recherche, un principe d’empowerment et d’accountability. Il est à noter qu’ici, la notion d’empowerment ne se limite pas simplement à s’assurer de ce que la recherche initiée aboutisse à une « encapacitation » des personnes et/ou des collectifs visés (Calvès, 2009). Lorsque les auteurs évoquent cette question de l’empowerment des collectifs c’est pour souligner plus précisément qu’aussi bien l’intention de recherche que son organisation doivent relever de l’initiative des collectifs qui seront étudiés. Dit autrement, l’intentionnalité de recherche ne peut plus être le fait des chercheurs eux-mêmes mais doit venir des personnes, groupes, associations qui les sollicitent pour les accompagner dans un travail de production des connaissances. L’accountability renvoie plutôt quant à elle à une question d’architecture de la recherche. Selon ce principe la recherche se doit d’être « désignée » de façon à s’assurer un contrôle réel et continu des personnes en situation de handicap sur l’agenda de la recherche. Pour les tenants des Disability Studies cela signifie également une maîtrise des conditions économiques des enquêtes que ce soit en termes de commande, de financement, ou bien de valorisation.

Une lecture attentive de l’abondante littérature qui existe au sujet de l’E.R donnerait à voir de nombreux autres principes. Nous avons voulu ici nous arrêter sur ce que l’on pourrait appeler,en sus du modèle social du handicap, les deux autres « programmes forts » de l’E.R. Quoiqu’il en soit, et ce que laisse deviner cette brève présentation, en dehors de ces éléments de doctrine l’E.R n’offre pas d’indications précises des méthodes à mettre en œuvre.

Des articles insistent sur la nécessité d’abandonner toute posture positiviste et d’écarter concomitamment toute forme d’« individualisme méthodologique » (Oliver, 1997), et ce au regard des a priori épistémologiques sur lesquels repose le modèle social du handicap, ou s’interrogent encore sur la capacité de certaines méthodes à offrir les bases nécessaires à une montée en généralité (Barnes et Mercer, 1997). Hormis ces rares indications, il n’existe pas de méthode ad hoc ou d’instruments préférentiels de production des données.

Face à un tel manque, nous avons été amené à nous pencher sur les différents types de méthodes participatives existantes et à tester qu’elles étaient celles susceptibles de mieux répondre aux exigences doctrinales de l’E.R, soit une méthode de production scientifique qui assure par son dispositif un contrôle actif des personnes enquêtées sur le travail de recherche lui-même

La méthode d’analyse en groupe d’acteurs (MAG)

Cette méthode a été élaborée par des chercheurs au début des années 2000 (Campenhoudt et al, 2005). Partant du principe qu’à chaque état de développement de la société et des relations individus-société doit correspondre une méthode d’analyse sociologique appropriée, ils considèrent que les entretiens, les questionnaires, la méthode d’intervention sociologique ne sont plus les plus pertinentes aujourd’hui. Les caractéristiques de la seconde modernité (désajustement des trajectoires sociales ; extension et approfondissement des inégalités sociales ; métamorphoses de la question sociale ; détotalisation des identités et hétérogénéité des expériences ; affirmation d’un sujet réflexif ; demande de reconnaissance) font que « désormais, les accords sur les interprétations de situations et les manières d’agir sont de moins en moins donnés et de plus en plus construits au moyen d’échanges de paroles dans lesquels sont produits et critiqués des arguments ».

Les acteurs sociaux ont une compétence pratique, une connaissance pratique des situations sociales. La méthode consiste dès lors à produire les conditions pour que, partant de la narration de situations concrètes, vécues, ils en réalisent une analyse collective, partagée.

Pour l’essentiel, la méthode d’analyse en groupe consiste à réunir une quinzaine de participants. L’analyse est menée par un groupe de personnes (les participants) avec l’aide des chercheurs : il ne s’agit pas d’une méthode « d’interview de groupe » où divers acteurs sont « mis à la question » par les chercheurs, mais bien d’un travail réflexif mené en commun, à partir de la narration d’expériences vécues par les membres du groupe. La démarche s’articule donc sur le savoir et l’expérience des intervenants concernés : ceux-ci ne sont pas « objet » de recherche mais bien acteurs de leur propre recherche.

On voit immédiatement en quoi une telle méthode de recherche permettrait de répondre aux exigences politiques des Disability studies. Non pas une recherche par les sociologues sur tel problème ou telle population. Encore moins une recherche pour les sociologues. Non pas parler à la place de ou pour (au sens de : en faveur de) mais bien des personnes qui analysent des situations avec l’appui méthodologique de chercheurs. Pour autant, nous devrons expérimenter au sens où la méthode a été prévue pour rassembler des professionnels concernés par une problématique commune – le plus souvent dans le secteur de l’intervention sociale.

Peut-on dès lors mettre en œuvre une telle méthode avec des « usagers » ou des citoyens ? Par ailleurs, mener une analyse collective, dans toute sa complexité, est-ce possible avec une personne déficiente mentale ou mal entendante ? Comment faudrait-il équiper le dispositif pour qu’une personne mal-voyante puisse participer dans les conditions requises… ? On comprend bien que ces questions sont au cœur de notre préoccupation : quelles sont les conditions à mettre en œuvre, utiles ou nécessaires à la production d’une recherche sur le handicap par les personnes concernées ?

Mais aussi, ne faut-il pas organiser les choses spécifiquement en fonction du type de handicap ? Ou autrement dit : quel est le sens de cette catégorie administrative qui regroupe des personnes aux déficiences si hétérogènes ?! Mais encore : à ne faire participer que des personnes « qui ne posent pas de problèmes » dans cette situation d’interaction sociale – certes artificielle mais c’en est une – ne passe t-on pas complètement à côté de la problématique qu’il s’agit d’analyser ?

Questions méthodologiques pour poursuivre

Grâce à la mobilisation de ses réseaux par l’APF, nous mettons en œuvre une journée de MAG. Autant le dire tout de suite, les choses ne se sont pas déroulées comme prévu.

D’abord tous les participants n’ont pas complètement joué le jeu de préparer le récit d’une situation. L’un arrive avec des propos très généraux sur son vécu, plusieurs n’ayant pas pris de notes auparavant, le récit est peu étoffé, manque de faits précis à quoi se raccrocher pour l’analyse. On peut estimer que ce premier obstacle à la mise en œuvre de la méthode est simple et n’a rien à voir avec une situation de handicap. La production d’un récit est possible pour un professionnel de l’intervention sociale ie quelqu’un de diplômé, habitué à prendre des notes sur des situations qui l’engagent en tant que professionnel, sur lesquels il sait prendre du recul… La production de récits pourrait (devrait ?) être préparé en amont avec chacun des participants.

La « lourdeur » de l’entreprise ne serait alors qu’une des étapes que nous devrions considérer comme nécessaire pour que la participation puisse se faire. On peut défendre cette idée par un contre exemple : deux des personnes présentes avaient des difficultés d’élocution. Mais l’une avait manifestement préparé son récit de manière assez précise. La seconde – certes avec un problème d’élocution plus conséquent – n’avait pas suivi la consigne puisqu’elle proposait d’emblée deux situations énoncées d’ailleurs de manière très elliptique.

Ensuite, les chercheurs sont rapidement frappés par plusieurs faits qui vont les inciter à envisager de modifier le déroulement du travail en groupe :

  • Il n’y a quasiment pas de divergences dans les interprétations : un consensus s’est rapidement dégagé sur l’interprétation de ce qui s’est passé dans la situation retenue par le groupe pour être analysée.
  • Les participants reprennent rapidement ce que les autres ont dit. Dès le premier tour d’interprétation, certains des participants indiquent : « comme mon voisin ». L’occasion qui est offerte de proposer de nouvelles interprétations est suivie de peu d’effets.
  • Cette redondance des arguments est ressentie par une partie du groupe qui, dès lors, propose des interprétations générales sur la place des personnes handicapées dans la société. Dès lors, nous faisons part au groupe de notre étonnement face au consensus qui s’est rapidement dégagé et de la difficulté qu’il y aurait à tenter de nouvelles interprétations. A quoi le groupe rétorque que : « ça serait difficile de ne pas être d’accord sur les situations d’oppression que chacun vit ».
Image par Richard Duijnstee de Pixabay

Enfin, les chercheurs sont frappés et font par de leur étonnement : à l’exception près, les participants expliquent la situation vécue par un des participants et son évolution par les personnes et leur caractère. Ne sont évoquées que des explications « psychologiques », sans non plus de perspectives pratiques, leviers sociaux à partir desquels des actions pourraient être envisagées. Ou les propositions se situent à un niveau de généralité qui n’offrent pas plus de perspectives pratiques : il faut changer les représentations, il faut changer la société, il faut un revenu universel…

Pour conclure, les chercheurs envisagent deux pistes pour la suite :

  • Organiser de nouvelles journées de MAG mais avec des participants qui ne sont pas tous de l’APF (contrôler l’effet consensus a priori) et participer en amont à la préparation des récits d’expériences
  • Réaliser des focus group sur des thèmes donnés (l’accessibilité, l’emploi, la stigmatisation…). Une méthode qui éviterait à la fois le consensus que produirait la MAG quand elle réunit des personnes handicapées (et non des professionnels comme prévu) et l’analyse des points de blocage participant à l’émergence de situations handicapantes. En outre, les personnes handicapées membres d’associations sont fréquemment invitées à participer à des groupes de travail avec des décideurs ou des techniciens. Elles en retirent un constat désabusé : leurs points de vue ne sont entendus qu’à la marge et décrédibilisés au profit des énoncés d’experts. L’intérêt du focus group serait de créer une situation sociale nouvelle au sein de laquelle la parole des experts ne vaut pas plus a priori que celle des citoyens.

Bibliographie

  • Albrecht G. L., Seelman K. D. et Bury M., 2001, Handbook of Disability Studies, Thousand Oaks, Calif.: Sage Publications.
  • Barnes C. et Mercer G., 1997, Doing Disability Research, Leeds: Disability Press.
  • Barnes C., Oliver M. et Barton L., 2002. Disability Studies Today, Cambridge, UK; Malden, MA: Polity Press, Blackwell Publishers.
  • Calvès A.-E., 2009, « « Empowerment » : généalogie d’un concept clé du discours contemporain sur le développement », Revue Tiers Monde, 4, n° 200, 735-749.
  • Oliver M., 1997, « Emancipatory Research: Realistic Goal or Impossible Dream », Doing disability research, 15–31.
  • Van Campenhoudt L., Chaumont J-M., et Franssen A., 2005, La méthode d’analyse en groupe d’acteur : applications aux phénomènes sociaux, Paris: Dunod.

Image de mise en avant : ufkumeydan de Getty Images / Canva pro



Citer ce billet
Audrey Parron, Tristan Salord et François Sicot (2014, 23 juin). Quelle méthode pour une recherche engagée ? Questions de recherches. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://recherches.hypotheses.org/67

Audrey Parron, Tristan Salord et François Sicot

Audrey Parron, maîtresse de conférences UT2J LISST-Cers / Tristan Salord, Institut de Recherche en Informatique de Toulouse (IRIT) – Université de Toulouse III / François Sicot, professeur en Sociologie de la santé

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search